Cueillette des olives 2018 : des cueilleurs témoignent ! Regardez la vidéo !!!

Deux jeunes militants de Montpellier ont participé aux cueillettes et ont réalisé un film pour témoigner !  Depuis dix-sept ans nous organisions de telles missions de solidarité avec la résistance civile des paysans palestiniens, et nous n’avions pas encore réussi à faire un documentaire : un grand merci à eux pour leur contribution à la popularisation de la lutte contre la colonisation, pour la justice et l’égalité !

Une nouvelle campagne de cueillettes est en préparation : n’hésitez pas à nous contacter pour vous y préparer et y participer ! Nous ne manquerons pas de vous inviter à nos réunions !

Enlèvements d'enfants par les forces israéliennes à Hébron, du 4 au 11 décembre 2018

15 décembre 2018 | Mouvement de solidarité internationale, équipe Al-Khalil | Hébron, Palestine occupée

En décembre, 7 enfants ont été enlevés trois jours différents dans les quartiers de Qeitun et Salaymeh à Al Khalil (Hébron). Les militants de l’ISM étaient présents à ces 3 occasions et ce rapport contient des séquences vidéo documentant ces 3 incidents.

Lieu: quartiers Qeitun / Salaymeh.

Le secteur où ces enlèvements ont eu lieu se trouve au centre d’Hébron, à une courte distance au sud de la mosquée Ibrahimi. Ici, les deux rues menant à la zone commerçante de Tareq Ibn Ziad sont bloquées par les points de contrôle Qeitun et Salaymeh. Le point de contrôle Qeitun est également connu sous le nom de point de contrôle Abu Rish. Salaymeh est aussi communément appelé Checkpoint 160. Pour compliquer les choses, il existe également d’autres noms. Les autorités palestiniennes et israéliennes appliquent des systèmes de numérotation différents. Par souci de simplicité, j’appelle les points de contrôle et les quartiers au sud d’eux la dénomination «Qeitun» et «Salamyeh».

Les routes de la ville allant des postes de contrôle vers le sud se trouvent dans une partie étroite de la vallée, séparées par un pâté de maisons (environ 200 m). Le secteur est donc très petit et présente des collines escarpées.

Enlèvements:

4 décembre 2018

Il y a eu deux incidents le 4 décembre, dans les rues parallèles partant des points de contrôle de Salaymeh (point de contrôle 160) et de Qeitun (Abou Rish).

Enlèvements par des soldats de l’occupation israélienne AU point de contrôle de Salaymeh:

  • Les soldats étaient entrés dans le quartier par le point de contrôle de Salaymeh. Un groupe est resté dans la rue et l’autre est entré dans des jardins situés derrière les maisons et ils se sont installés près de l’école.
  • Un petit groupe de garçons se sont rassemblés dans la rue après la fin de l’école.
  • Des militants internationaux étaient présents et observaient la situation à moins de 5 mètres.
  • Aucun des garçons n’a jeté des pierres.
  • Les soldats dans la rue ont maintenu l’attention des enfants tandis que l’autre groupe est entré dans un garage situé entre l’entrée de l’école et une maison voisine.
  • Les soldats sont sortis du garage où ils se cachaient et ont tendu une embuscade aux garçons qui se tenaient à environ 3 mètres.
  • Les activistes sont intervenus pour interroger les soldats sur leurs actions et demander ce que les garçons avaient fait. Un enfant a réussi à s’échapper, mais deux ont été enlevés et emmenés au poste de contrôle de Salayme.

Enlèvement par des soldats de l’occupation israélienne par le point de contrôle de Qeitun:

  • Parallèlement à l’enlèvement de Salaymeh, la police des frontières israéliennes est entrée dans le quartier de Qeitun.
  • Ils ont établi un «point de contrôle» à environ 200 mètres à l’extérieur de l’école de garçons «Alhajryt», vérifiant les pièces d’identité et fouillant au corps un Palestinien contre la barrière.
  • Ils sont ensuite retournés vers Salaymeh avant de s’engager dans la rue pour capturer quelqu’un. Le seul garçon dans les environs se trouvait devant l’école Alhajryt avec l’un de ses professeurs.
  • De nouveau, des activistes étaient à proximité lorsque l’embuscade s’est produite. L’enfant n’a rien fait pour justifier son enlèvement.
  • Le professeur du garçon a refusé de le quitter et ils ont été escortés ensemble au point de contrôle de Qeitun.
  • La vidéo suivante documente cet enlèvement:

5 décembre 2018

Trois enlèvements à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans la zone située à l’extérieur du point de contrôle de Quetun, libérant ainsi la circulation.
  • Deux d’entre eux se sont placés à l’intersection la plus proche du point de contrôle. Encore une fois, cela semblait attirer l’attention des enfants.
  • Un autre groupe de membres de la police des frontières ont tendu une embuscade à un groupe d’enfants, en coordination avec le premier groupe qui a couru dans la rue. Le deuxième groupe semble avoir tendu son embuscade en pénétrant par des bâtiments situés au-dessus de la rue.
  • Les garçons ont été emmenés au point de contrôle de Qeitun.
  • Les vidéos suivantes montrent les garçons enlevés:

11 décembre 2018

Enlèvement à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans le quartier de Qeitun par une porte située à côté de l’école al Faihaa et en face du «point de contrôle du bus» près de la mosquée Ibrahimi.
  • Ils ont traversé les oliviers pour se rendre dans une usine située au centre du pâté de maisons et s’y sont cachés plus de 30 minutes jusqu’à ce que les écoliers aient terminé leurs cours.
  • Après une tentative infructueuse de sortir dans la rue sans être repéré près du point de contrôle de Qeitun, ils ont débouché sur une rue transversale entre Salaymeh et Qeitun.
  • Ils ont essayé un sprint initial à l’intersection mais il n’y avait pas d’enfants là-bas.
  • Ils ont ensuite erré sans but, mais ont été incapables d’inciter quiconque à leur jeter des pierres.
  • Un homme a été arrêté au hasard, sorti de sa voiture, sa carte d’identité a été vérifiée et il a été fouillé au corps.
  • Ils sont ensuite revenus à l’intersection avec la route à partir du point de contrôle de Qeitun et ont réussi à provoquer quelques jets de petites pierres.
  • Le commandant a ensuite ordonné à deux des soldats de courir sur la route pour tenter de capturer quelqu’un.
  • Le seul garçon qu’ils ont pu trouver était un enfant de 10 ans se tenant devant un magasin tenant la main de son frère de 4 ans. Ils étaient entourés d’adultes.
  • Les activistes étaient dans la rue des deux côtés de la boutique et ont été témoins de l’absence de jets de pierres par cet enfant.
  • Les militants ont tenté d’intervenir et ont demandé à plusieurs reprises une raison pour l’enlèvement du garçon mais ont été ignorés, le garçon ayant été emmené de force.
  • On peut l’entendre appeler: «Akhi! Akhi! [Mon frère. Mon frère!] Comme il est emmené. Laissant son frère cadet seul, sans membre de la famille.
  • La police des frontières a escorté le garçon jusqu’au poste de police situé près de la mosquée Ibrahimi, en empruntant l’itinéraire qu’ils avaient emprunté pour pénétrer dans le quartier via les oliveraies et les jardins.
  • Voir la vidéo suivante:

Résumé:

Les quatre incidents de ces trois jours, les 4, 5 et 11 décembre 2018, ont plusieurs points communs:

  • La police des frontières israélienne et les soldats de l’occupation israélienne ont tous agi avec l’intention d’enlever des écoliers palestiniens.
  • Une fois qu’ils ont réussi, ils ont immédiatement quitté la zone en montrant que c’était leur objectif depuis le début.
  • La présence et le comportement des soldats et de la police des frontières étaient une provocation ayant pour but de chercher un prétexte pour un enlèvement.
  • Aucun des enfants enlevés ces jours-là ne lançait de pierres. Il n’y a pas eu non plus de troubles importants ni de jets de pierres au cours de ces 3 jours.
  • Des militants internationaux étaient à proximité à chaque fois que des enlèvements ont eu lieu.
  • Un garçon avait 14 ans mais les autres étaient plus jeunes.
  • Les enfants n’ont jamais été accompagnés par un parent d’un membre de la famille et aucune tentative n’a été faite pour en chercher un.

Conclusions:

  • L’enlèvement d’enfants innocents, en particulier dans ces circonstances, constitue une violation de la justice ordinaire, du droit humanitaire et du droit international.
  • Si l’objectif de ces enlèvements était la dissuasion, il ne peut être interprété que comme une forme de punition collective ou d’intimidation psychologique afin de maîtriser toute forme de résistance à l’occupation israélienne.
  • S’il s’agissait d’une affaire civile, les autorités palestiniennes travailleraient avec les enfants, comme dans tout autre pays.
  • La racine du problème est l’occupation elle-même. L’oppression systématique du peuple palestinien dont font partie les enfants est le problème à résoudre.
  • Les enlèvements constituent pourtant un autre aspect de cette oppression systématique qui se perpétue tant que l’occupation se poursuit.
  • Les injustices de ces enlèvements arbitraires ne font que renforcer la détermination des Palestiniens à résister à l’occupation et à alimenter les réactions de la jeunesse palestinienne qui endure de telles choses.

L'architecture de la colonisation israélienne

L'architecture de la colonisation israélienne

Pourquoi les colonies israélienens ont-elles cette forme-là, sont-elles construites de cette manière-là ? Yazid Anani nous explique l'architecture de la domination…

Publiée par Plateforme Palestine sur Mercredi 19 décembre 2018

Sept personnes hospitalisées dans une attaque de colons contre des militants d'Hébron

Article d’Edo Konrad publié par +972, le 28/12/2018

Selon les témoignages, les soldats israéliens sont restés debout et n’ont pas empêché l’attaque contre le centre communautaire des «Jeunes contre les colonies» de la ville occupée.

Des soldats israéliens escortent et protègent des colons israéliens qui ont attaqué des militants palestiniens à Hébron, en Cisjordanie occupée, le 24 décembre 2018. (Issa Amro)

Les colons israéliens ont attaqué un groupe de Palestiniens qui tentaient de reconstruire une partie d’un centre de jeunesse dans la ville occupée de Hébron au cours du week-end, envoyant sept d’entre eux à l’hôpital avec des blessures sans grande gravité

Samedi, selon des témoins oculaires, les colons auraient démoli des éléments d’une salle de stockage en cours de construction au domicile de l’activiste palestinien local Issa Amro, qui sert également de centre communautaire géré par Youth Against Settlements (la jeunesse contre les colonies). Amro a déposé une plainte auprès de la police israélienne contre les colons qui, selon lui, ont également arraché une porte en métal de son domicile voisin.

Hébron abrite environ 500 colons juifs radicaux, qui résident au cœur d’une ville où vivent plus de 160 000 Palestiniens. Les soldats israéliens sont stationnés en permanence dans la ville , mettant en place un système de rues séparées et créant des frictions quotidiennes avec la population palestinienne.

Lundi soir, Amro, plusieurs membres de sa famille et des volontaires de Youth Against Settlements ont commencé à reconstruire les murs que les colons avaient démolis. Alors qu’ils travaillaient, les colons israéliens se sont présentés et ont commencé à frapper les activistes et leur lançant des pierres. Les colons ont pu démolir ce que les Palestiniens avaient reconstruit.

Amro et d’autres témoins oculaires ont déclaré à +972 Magazine que des soldats israéliens et des policiers arrivés sur les lieux ne faisaient rien pour arrêter les attaques. Sept des Palestiniens ont été hospitalisés, dont un avait été mordu par un colon.

Une vidéo de l’incident montre Amro confronté à Anat Cohen, une femme colon d’Hébron, qui était présente lors de l’attaque et qui a des antécédents bien documentés d’attaques contre des Palestiniens et des militants internationaux dans la ville. Quand Amro a demandé à l’un des soldats pourquoi il ne faisait rien pour l’arrêter, la vidéo montre le soldat répondant qu’il était «contre vous (les Palestiniens), pas eux (les colons). Ils sont mon peuple. “

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré au magazine +972 que, bien que les soldats aient reçu une plainte selon laquelle des colons avaient endommagé le mur de la maison d’Amro, ils n’étaient pas en mesure de vérifier que les colons en étaient la cause. «Le lendemain, poursuit le porte-parole,« un Palestinien a bloqué un passage près de chez lui. Les colons qui sont arrivés sur le site ont traversé le chemin bloqué. Une confrontation s’est ensuivie et les forces de sécurité les ont séparés. “

Mercredi, Amro s’est rendu à un poste de police israélien dans une colonie voisine pour déposer une plainte contre les colons, qu’il avait reconnus. À son arrivée, les policiers lui ont dit qu’il faisait lui-même l’objet d’une enquête. L’un des colons avait porté plainte contre lui pour l’avoir agressée et menacée, ainsi que pour des constructions illégales.

«Tout cela est la preuve que la police et l’armée sont faibles lorsqu’il s’agit d’arrêter la violence des colons», a déclaré Amro à +972. «Les soldats sont censés protéger ma propriété et moi, pas ceux qui tentent de la détruire. Les colons obtiennent ce qu’ils veulent.

Selon Amro, il aurait placé une barrière de fortune devant son domicile – que les soldats ont enlevé mercredi matin – afin de le protéger des colons . «Je ne me sens pas en sécurité à la maison. Je crains qu’ils ne me brûlent comme la famille Dawabshe », a-t-il déclaré.

Des soldats israéliens enlèvent une barrière de fortune utilisée par le militant des droits de l’homme d’Hébron, Issa Amro, pour protéger son domicile des attaques des colons, le 26 décembre 2018. (Issa Amro)

Amro et Youth Against Settlements ne sont pas des victimes récentes desattaques de colons. En 2013, un jardin d’enfants construit par les volontaires du groupe a été vandalisé avec le slogan «Mort aux Arabes» peint à la bombe. En 2015, des dizaines de colons à Hébron ont pris le contrôle du jardin d’Amro pendant toute un weekend. Les soldats israéliens sont restés avec les colons pendant plus de 24 heures, les surveillant pendant qu’ils dormaient, priaient et mangeaient – tout en bloquant l’entrée de la maison.

Au-delà des attaques récurrentes des colons, Amro fait également face à la colère de l’armée israélienne. Il est actuellement jugé par un tribunal militaire israélien pour 18 chefs d’accusation, presque tous liés à son activité politique et à son activisme non violent, certains datant de 2010. Amnesty International a déclaré que ces accusations «ne tiennent devant aucune analyse sérieuse», alors que dees législateurs américains ont fait circuler une pétition demandant au gouvernement américain d’exhorter Israël à reconsidérer les accusations portées contre Amro.

Hébron abrite l’une des colonies les plus extrémistes de Cisjordanie et la seule établie au milieu d’une population palestinienne urbaine. Les Palestiniens vivant dans le secteur sont régulièrement soumis à des restrictions de mouvement imposées par l’armée israélienne, qui ont poussé un grand nombre d’habitants à se déplacer et à fermer leurs entreprises. La violence des colons est également devenue une routine. Au fil des années, les abus et le harcèlement des Palestiniens par les colons sont devenus monnaie courante, notamment les agressions, les jets de pierres, le vandalisme, le vol, les violences verbales et les coups de feu.

LES RELATIONS DU POLE DE PSYCHIATRIE INFANTO-JUVENILE DE RENNES ET COPELFI: UN CAS D'IDENTIFICATION A L'AGRESSEUR ?

 COPELFI: QU’EST CE QUE C’EST ?

Association pour les Conférences de Psychiatrie de l’Enfant et de l’adolescent en Langue Française en Israël.

Fondée en 1989 par des psychiatres français (G. GACHNOCHI, M. VINCENT) et israélien (S. TYANO), cette association souhaite “favoriser le partage d’expériences cliniques et thérapeutiques entre professionnels de la psychiatrie infanto-juvénile de France et d’Israël. Le but est de permettre un échange et de promouvoir l’originalité des différents mouvements de la pédopsychiatrie française dans un pays jeune, curieux de tous les courants de pensées. Il permet aux professionnels français de la santé de découvrir un pays grâce aux rencontres confraternelles.”

Président de COPELFI en France: Eric GHOZLAN, Directeur du Pôle Enfance à l’association des Œuvres de Sauvegarde de l’Enfance/ Présidente en Israël: Dolly AMOYELLE.

Vice-Président: G. GACHNOCHI

Secrétaire Générale: Lydia LIBERMAN-GOLDENBERG (Vice-Présidente de l’Association Française de Psychiatrie).

En 2011, G. GACHNOCHI déclarait à Israël Magazine à l’occasion des 20 ans de l’association:

“… Le souhait est de réunir une fois par an les praticiens francophones et israéliens pour nouer des liens réguliers et approfondis et ce, au-delà de toutes déformations systématiques des médias européens et internationaux dès qu’il est question de l’État Hébreu afin de faire patiemment découvrir à chacun les réalités israéliennes, aussi bien à l’échelle du pays qu’au niveau de ses avancées dans les divers secteurs et domaines de notre profession.”

L’unité de psychiatrie infanto-juvénile de Rennes développe sa pratique sur la prise en charge du trauma suite aux actes terroristes en prenant appui sur l’exemple d’Israël non seulement dans sa coopération avec COPELFI mais aussi dans la recherche, en partenariat avec les universités israëliennes.

En 2018, cette collaboration se concrétise dans plusieurs colloques internationaux donnant la parole aux 3 mêmes associations et institutions: Pôle pédopsychiatrie Rennes, associations ALFEST et COPELFI.

  • Mai 2018 “Trauma, Terreur, Terrorisme, Vague après vague”, Paris.
  • Octobre 2018 “Les attentats, leur traumatisme, son devenir”, Israël (Saison Croisée)
  • 14 Décembre 2018 “Équipes mobiles et Psychotraumatismes. Quelles enjeux, quelles pratiques?”, Rennes 1 Le Diapason

L’État d’Israël assume jusque dans ses lois constitutionnelles de coloniser les territoires palestiniens et d’instituer l’Apartheid à l’intérieur de ses frontières. Les rapports et résolutions de l’ONU attestent de l’attaque de la dignité et de la viabilité des populations palestiniennes et de l’illégalité de l’occupation.

Le sujet d’étude principal de cette coopération internationale de professionnels de la santé mentale réside dans les notions de prise en charge du psychotrauma des victimes du terrorisme, et notamment ses conséquences sur les enfants et les adolescents.

Développer la recherche en psychiatrie sur la connaissance de l’expression des symptômes du trauma dans un contexte de guerre, de terrorisme ou d’oppression est certes, nécessaire.

En revanche, le choix de s’appuyer sur l’exemple d’Israël revient à se rendre complice de l’État colonial et d’apartheid qui attaque depuis 70 ans la dignité et la survie même de tout un peuple en Palestine.

La recherche et la coopération sur le terrain en psychiatrie, qu’elle soit de l’enfant, l’adolescent ou l’adulte doit bénéficier au système de santé mentale en Palestine.

Jaber Wael al Badawi, Qusai Imad al Badawi et Muhammad Nasser al Baddawi, âgéd de 13 à 15 ans, arrêtés le dimanche 16 décembre 2018 par l’armée israélienne dans le camp de réfugiés d’Al Arroub pès de Hébron.

Quelles sont les conséquences pour les palestien-ne-s, adultes et enfants, sur le plan de la santé physique et psychique, de l’occupation militaire, l’oppression, l’emprisonnement sans inculpation ni procès à partir de 12 ans, la torture, le meurtre, le contrôle de la circulation des personnes, l’exil, la destruction de maisons et de champs cultivables…?

Autant de thèmes de recherche des modalités de prise en charge et d’accès aux soins indispensables à soutenir auprès des praticiens et praticiennes palestinien-ne-s.

Nous (Collectif de citoyens, professionnels du secteur médico-social rennais) demandons à l’université Rennes 1, à son unité de pédopsychiatrie, aux associations de praticiens et leurs adhérents, aux participants à ce colloque, de cesser toute coopération professionnelle et de recherche avec COPELFI et les universités israéliennes.

Nous demandons aux professionnels de la santé mentale en France de refuser de se rendre à tout colloque et symposium en Israël, (telle la conférence de l’IARPP en 2019 à Tel Aviv) et de soutenir le réseau de santé mentale en Palestine.

http://www.chroniquepalestine.com/union-palestinienne-travailleurs-sociaux-et-des-psychologues-condamne-tenue-conference-iarpp-2019-israel/

Aucun service de psychiatrie, ni aucune filière universitaire ne peut se faire le relais des institutions d’un état colonial et un régime d’apartheid. Aucun service de psychiatrie ni aucune filière universitaire ne peut se voir orienter des moyens à dessein de normaliser les relations par la collaboration de recherche avec les institutions d’un état colonial et d’apartheid.

Non à la psychiatrie d’État ! Oui au service public de psychiatrie !

SIGNEZ ET RELAYEZ !