Une rave a Ramallah : Comment la musique underground rassemble les Palestiniens

Histoire du tout premier plateau de Boiler Room (Chaufferie) jamais installée sur le territoire palestinien et ce que cela pourrait signifier pour les DJ et les producteurs qui en viennent.

Par Megan Townsend

« Il n’y a pas beaucoup de gens qui viennent en Palestine, ce n’est pas si facile pour eux de venir », dit Ama, pionnier des DJ de Cisjordanie, parlant sur fond de techno industrielle fiévreuse et un enregistrement contrasté de rues tranquilles cosmopolites.. « Tout le monde a l’impression que c’est une zone de guerre, aussi ce n’est pas trop tentant… Ce n’est pas comme Berlin, tu sais. »

Harcelés par les menaces de démolition, les clashs violents avec les autorités israéliennes et les convulsions politiques, les territoires occupés sortent rarement des gros titres. Mais tout ceci semble très loin de cette cour ensoleillée de Ramallah.

C’était une après-midi de juin et les foules ne semblaient pas concernées par les nouvelles ; c’est la première fois que Boiler Room (Chaufferie), la chaîne musicale la plus suivie au monde, diffuse depuis le territoire palestinien. Le premier plateau de la journée, venu du Jazar Crew basé à Haïfa, montre un groupe à la mode habillé de couleurs vives installé autour des platines. Dansant juste derrière les DJ, il y a une femme, les yeux fixés sur la caméra, portant un haut en mailles transparentes et un faux niqab. Cela ne ressemble pas à une zone de guerre. Cela ressemble à une fête géniale.

La décision d’émettre depuis Ramallah a une énorme signification pour les Palestiniens. C’est reconnaître l’intensité du talent qui vient de la région et cela aide à combattre le stéréotype comme quoi la Cisjordanie serait une zone de non-droit conservatrice, non-laïque et criblée de terrorisme. L’émission depuis la Cisjordanie fut l’une des transmissions les plus populaires de Boiler Room en 2018, le groupe de Sama bénéficiant de 1.300.000 vues sur YouTube.

Mais de façon plus importante, elle réunit des musiciens underground de factions palestiniennes déconnectées : il y a ceux qui vivent en Cisjordanie, qui grandissent en parlant arabe et qui ne peuvent aller librement en Israël, et il y a les Palestiniens d’Israël, qui grandissent en parlant hébreu et qui se battent pour se connecter avec la scène de Cisjordanie au-delà du visionnage de clips sur YouTube.

Lancer une fête qui programme les meilleurs et les plus brillants artistes des deux régions, ce n’est pas juste apprécier leur talent, c’est construire activement un pont et réunir des communautés qui ont été séparées à la fois géographiquement et culturellement depuis des décennies.

« Il y a une énorme coupure entre les villes palestiniennes depuis très très longtemps », dit Sama, » mais en fin de compte, nous faisons tous partie du même peuple, nous sommes tous Palestiniens et nous partageons tous la même culture. »

Buvant à grands traits de la bière en bouteille et tirant de longues et méditatives bouffées de cigarette, l’assemblée (garçons et filles à part égale) se déplace vers un éventail de sonorités underground : il y a une petite drum’n’bass, une touche de rababa arabe traditionnelle et un peu de grosse caisse berlinesque, le tout réuni à des synthés ambiants qui semblent étrangers, quoique étrangement familiers.

Beaucoup en occident supposent que la culture palestinienne est très conservatrice, que les hommes et les femmes ne se mélangent pas, qu’ils ne boivent pas et ne se droguent pas, qu’ils ne peuvent pas dévoiler leur homosexualité, qu’ils ne pratiquent pas des fêtes en masse, », dit la directrice britannique Jessica Kelly, qui a travaillé avec Boiler Room pour créer Palestine Underground, au suivi du documentaire jusqu’à sa soirée de lancement à Ramallah. « Bien sûr, les valeurs conservatrices sont plutôt prédominantes en Cisjordanie, mais notre film montre une autre réalité, très différente de ces stéréotypes. »

Maîtresse de Cérémonie (MC) et productrice de hip-hop, Makimakkuk pense que payer un tribut à la culture palestinienne grâce à la musique est la meilleure forme de résistance (Boiler Room)

En réalité, pendant la première transmission de la fête sur Facebook, les spectateurs ont laissé plein de commentaires pour demander où elle avait été tournée, insistant sur le fait que ce ne pouvait être à Ramallah, ville la plus peuplée et épicentre de la résistance en Cisjordanie. Sans doute la capitale culturelle palestinienne, Ramallah, sert de centre pour la restauration, les arts et la vie nocturne ; cette ville de seulement 24.000 habitants a eu une très vaste influence sur les Palestiniens depuis bien avant l’occupation israélienne.

Palestine Underground fait ressortir cet aspect de Ramallah. Nous y voyons des rues animées et des familles affluant dans la rue au soleil, plutôt que des pneus brûlés ou des manifestations massives. Ramallah ressemble à n’importe quelle autre agréable ville du sud-est de la Méditerranée. Les immeubles ne sont pas en ruine, les gens vaquent à leurs occupations quotidiennes, il y a des palmiers et des fanions de football accrochés aux balcons. Ramallah n’apparaît pas comme une ville troublée, mais comme un terrain fertile en créativité.

Depuis le milieu des années 2000, le hip hop a régné dans la ville comme sonorité populaire underground. Le personnage le plus éminent est Muqata’a (arabe pour « perturber »), rappeur et DJ qui a sculpté une sonorité distincte inspirée des rues affairées. A Ramallah, la scène est limitée par ses capacités restreintes, la plupart des événements prenant place dans des maisons particulières et des lieux tout petits. Dans le documentaire, nous voyons une archive tournée chez Lawain, minuscule restaurant italien qui se transforme le soir en night-club. Le mouvement est constitué d’un petit ombre d’individus passionnés et de leurs fans dévoués, qui expriment leur fascination de longue date pour la culture underground et qui l’utilisent par ailleurs comme une voie d’expression et de manifestation.

Muqata’a s’introduit dans le centre ville, sort son téléphone et commence à enregistrer le paysage sonore de la zone. Les travaux de construction, les marchés bourdonnants avec les marchands criant les affaires du jour, les bavardages chez les coiffeurs et les enfants criant dans les terrains de jeu. « Voilà le son de Ramallah », plaisante-t-il, nous conduisant à travers un bazar tortueux. « Notre culture est peu à peu effacée… volée, nous perdons notre nourriture, nos vêtements, notre musique. Pour moi, réutiliser les sons venus de notre culture c’est, d’une certaine manière, la garder en vie et résister. »

Muqata’a mixe ensuite les sons avec des rythmes électroniques et rappe par-dessus ; une signature « sonorité de Ramallah » devenue iconique dans la musique palestinienne. Plus loin dans le film, nous voyons Jazar Crew, collectif d’Israël qui cite Muqata’a comme l’une de ses inspirations, l’écoutant très excités dans leur voiture. « C’est l’entraînement depuis Bansa Bansa ! », annoncent-ils.

Active place du marché à Ramallah (Boiler Room)

Muqata’a – connu comme le parrain du hip-hop palestinien – a commencer à rapper en 2007 avec le groupe Ramallah Underground, mais il a perçu leur musique comme trop éloignée de la Cisjordanie, et par ailleurs plus étroitement liée aux Américains et autres mouvements hip-hop arabes. En 2009, il a commencé à travailler avec le groupe Saleb Wahad dans lequel se trouvaient les rappeurs Dakn, Julmud, Haykal, Al Nather et la première remarquable Maîtresse de Cérémonie de Cisjordanie (MC), Makimakkuk.

Nous suivons Muqata’a jusqu’à un sombre studio en sous-sol, et le groupe commence à improviser librement sur un accompagnement de basse endiablée et de vieux vinyles arabes. Le son est imprégné d’autant d’identité culturelle que les paroles, semblable aux mouvements dissidents comme la poussière de charbon britannique. Les artistes opinent du chef et rigolent tout enbrouillant les lignes, avec des tapes dans le dos tout en marmonnant des mesures. Les paroles ne sont pas particulièrement politiques ou provocantes, elles sont plutôt drôles et autoréférentielles et pleines d’argot de Ramallah. Dakn rappe sur une fille qu’il a rencontrée au marché, tandis que tout le groupe saute frénétiquement dans tous les sens en chantant « Le ramadan a un coût ! »

Muqata’a cependant insiste sur le fait que le mouvement hip-hop de Ramallah est lourdement influencé par la politique et le besoin de changement. « Nous vivons une situation politique qui stagne et nous avons donc besoin de ce genre de perturbation. » L’attaque sur l’establishment ne se fait pas franchement, explique Makimakkuk. « Elle est subtile », opine-t-elle. « Nous résistons en gardant notre culture vivante et en continuant à créer des choses fraîches, nouvelles et intéressantes. »

« Nous avons eu ici des artistes pour faire de la techno avec de la musique commerciale arabe », dit-elle en riant, « les choses semblent politiquement tristes, mais c’est une période vraiment excitante à Ramallah. »

Cette résistance subtile a gagné en popularité, non seulement en Cisjordanie, mais aussi dans les autres communautés palestiniennes et – même – chez les Israéliens. Le journal israélien de langue anglaise Haaretz a publié un article sur la popularité croissante du hip-hop palestinien à Tel Aviv, mettant en relief les vedettes montantes de Ramallah, Nazareth et Haïfa.

Pendant la fête de Boiler Room à Ramallah, Deborah Ipekel, programmatrice et réalisatrice adjointe de Palestine Underground détaille la somme de commentaires positifs venus d’Israéliens. « Cela a dû être très surprenant pour plein de gens de découvrir un nouvel aspect de la Palestine », continue-t-elle à dire. « Un commentaire disait : ‘Plein d’amour depuis Israël ! Puissions nous tous être capables de vivre en paix et en harmonie les uns avec les autres. L’ensemble est absolument fantastique, J’aimerais tant pouvoir venir un jour à Ramallah et même y faire une rave ou deux.’ Pour les artistes de Ramallah, le spectacle de Boiler Room fait progresser la scène. Il leur donne la motivation pour continuer ce qu’ils font. Ils m’ont dit que le spectacle a été l’une de leurs plus fortes célébrations à ce jour. »

L’influence de Saleb Wahad peut aller loin, mais ils ont encore à se produire au-delà de la Cisjordanie. « Je n’ai jamais pu jouer en [Israël] », confirme Muqata’a, bien que sa carrière ait déjà plus de dix ans. « J’ai essayé de jouer à Haïfa depuis quatre ans. Le Jazar Crew m’a invité, mais cela n’a pas marché parce que je n’ai pas obtenu l’autorisation d’y aller, alors même que j’en suis originaire. »

Quoique centré sur Ramallah, le documentaire explore la scène musicale underground palestinienne à travers Israël, regardant aussi les clubs sur la côte à Jaffa et à Haïfa. Le contraste entre les régions est visible dans la liberté des artistes. Tandis que les Palestiniens avec des passeports israéliens peuvent aller en Cisjordanie relativement facilement, et organiser des fêtes sans trop de difficultés, les restrictions de circulation sur les résidents de Ramallah ont affecté leur capacité à étendre leur musique au-delà de la ville et à communiquer avec les Palestiniens en dehors du territoire.

Muqata’a n’a pas encore joué en Israël, bien qu’ayant demandé à aller à Haïfa ces quatre dernières années (Adlan Mansri)

Quelque 1.800.000 Palestiniens vivent en Israël, Haïfa, ville de la côte nord, abritant l’une des plus grandes communautés palestiniennes. La ville est amusante et dynamique, mélange de Tel Aviv et de Jérusalem. Beaucoup plus paisible que ses voisines, elle est connue pour être un paradis relatif pour la coexistence entre les populations juive et musulmane.

Ceci n‘empêche pas les Palestiniens de se sentir mis à l’écart de la culture des clubs et c’est pourquoi Jazar Crew a commencé à lancer ses propres fêtes, pour proposer des espaces sûrs à la jeunese palestinienne, à l’écart des regards indiscrets des conservateurs palestiniens et des autorités israéliennes. Constitué d’amis Ayed, Reojeh, Riyad et Hilal, Jazar Crew a démarré à cause du manque de vie nocturne offerte aux Palestiniens.

« Il n’y a rien pour nous, en tant que Palestiniens vivant en Israël », dit Ayed, se roulant un joint sur la table chez lui. « Chaque fois que vous sortiez dans les clubs, vous vous sentiez comme un intrus. Au bout de quelques années, nous avons réalisé que OK, arrêtons d’être des consommateurs, devenons des producteurs. »

Riyad rappelle que, pendant la première partie de 2011, les nouvelles du printemps arabe ont interrompu les démarches. « Au milieu de la fête, les gens ont commencé à recevoir des avertissements et des messages depuis l’Egypte comme quoi la révolution arrivait. C’était une putain d’euphorie, ‘Ouah ! Le monde est sauvé. Tout va être formidable’, » dit-il en riant, recrachant la fumée. « Finalement, le lendemain, ne restait que la gueule de bois, pas vraiment la révolution. » Ce qui suit, c’est l’enregistrement des amis pris dans leur propres archives de fête. Nous voyons le groupe trimballant systèmes audio et platines dans des parties reculées du désert, jouant des rythmes comme d’un piège, et des drum’n’bass. La fête semble chaotique ; des danseurs torse nu bougent sous des lumières stroboscopiques au milieu d’une clairière sablonneuse.

Pour Jazar Crew, procurer un espace sûr aux Palestiniens ne veut pas simplement dire procurer une offre différente de celle des Israéliens. « Dans la communauté arabe palestinienne, il y a sept ou huit ans, vous auriez rarement vu une file fumer une cigarette dans une fête », dit Ayed. « la piste de danse de Jazar donne cette opportunité à tout le monde, tu peux être toi même, tu peux danser comme un fou, tu peux te mettre à poil, tu peux fumer et tu peux te rouler un joint. » Hilal rit. « Pas te mettre à poil, je n’étais pas là Ayed. »

Il est clair que les motivations de Jazar Crew ne concernent pas l’exclusion, mais le changement de perception sur les Arabes. Jazar Crew a récemment ouvert leur nouveau lieu, Karabeet à Haïfa. Le club est caractéristiquement « underground », bénéficiant d’une vaste zone fumeurs et d’une piste de danse sombre et intime. Mais en même temps, l’espace donne le sentiment d’être arabe avec son long passage médiéval éclairé de guirlandes lumineuses et couvert de fresques. On y pratique la politique de la porte ouverte et sans discriminations. Jazar Crew ne demande pas de papier d’identité à l’entrée et accueille les gens de toutes origines. « Je veux dire, tu ne résous jamais le racisme avec du racisme », déclarent-ils.

 « En tant que population, on nous a fait perdre notre confiance. Maintenant, c’est comme si nous étions finalement pleins de confiance, nous vivons notre propre identité. C’est une thérapie pour crise d’identité dont nous faisons l’expérience ici. »

Dans Palestine Uderground, Karabeet apparaît accueillant et chaleureux, tandis que la foule se balance sous les lumières pourpres. Arrive un fort rythme techno et la foule dresse les mains en l’air et crie, tout le monde s’embrasse et sourit. C’est difficile de ne pas se rappeler ces moments que nous avons tous vécu sur les pistes de danse, le fait d’être tous ensemble et de partager l’euphorie dans la musique. Peut-être que Jazar Crew a raison, peut-être pouvons nous apporter la paix par la rave [le délire, la fête].

Pour Jazar Crew cependant, un lien manque à leur réussite. Bien que grands fans de Muqata’a et du hip-hop de Ramallah qu’ils jouent dans leurs fêtes, le groupe n’est pas arrivé à se connecter avec eux. Dans le documentaire, alors qu’ils vont vers Boiler Room, les garçons regardent avec curiosité les rues de la ville par la fenêtre de la voiture. « C’est un endroit familier, mais pas familier du tout », commente Riyad, « je me sens comme un étranger alors que je me sens chez moi. »

Dans le film, le groupe, qui était le Maître de Cérémonie de la plupart des fêtes de Boiler Room, approche de Ramallah avec une appréhension presque étrangère, mettant en lumière la magnitude de l’événement et son rôle dans la réunion des communautés. Le tout premier rôle de Jazar Crew depuis le début a été de combler le fossé entre Ramallah et Haïfa, avec le DJ techno et le Oddz local de Ramallah.

« Depuis 2010, il y a eu un pont entre Haïfa et Ramallah, que Jazar Crew et moi avons construit, nous y avons travaillé pendant longtemps », dit Oddz, dont la techno intense lui a gagné des fans, pas seulement au Moyen Orient, mais dans toute l’Europe.

Jazar Crew espère combler la séparation entre Palestiniens israéliens et ceux qui vivent dans les territoires occupés (Adlan Mansri)

L’histoire d’Oddz dans Palestine Underground le suit passant en fraude de Ramallah à Jaffar, communauté palestinienne de Tel Aviv, pour jouer à Anna Loulou, nightclub sur la plage. Dans une scène, avec une caméra fixée sur la tête pour nous donner une vision à la première personne, Oddz escalade un mur de 8 mètres de haut à Jérusalem, sautant par dessus une brèche de barbelés et tombant pile en dessous sur le ciment. « Je me suis fait mal à la jambe », révèle-t-il dans une grimace effrontée, « mais ça valait le coup ».

La directrice Jessica Kelly partage ses inquiétudes avant le lancement du film, et la réaction des autorités israéliennes à ce moment particulier. « Je ne pense pas que cela va les emballer », dit-elle dans une grimace, « nous avons aussi pris la décision controversée d’utiliser, de façon interchangeable, les termes ‘Israël’, ‘Palestine occupée’ et ‘48’ pour faire comprendre comment les différents contributeurs du film font référence à Israël. Beaucoup d’Israéliens le verront comme un déni de l’existence d’Israël et s’en offenseront, mais pour nous, c’était un moyen pour faire comprendre au public de quoi parlaient les contributeurs. »

La scène est tranchée par un enregistrement de danse frénétique et de techno lors de sa nuit à Anna Loulou. Ce lieu est actuellement le seul lieu palestinien à Jafar et, dans une interview avec le propriétaire Marwan Hawash, il partage l’importance qu’il y a à conserver l’implication avec les artistes de Ramallah malgré le danger qui consiste à les faire entrer en fraude en Israël. « A l’instant où vous voyez un DJ de Ramallah ici à Jafar, cela dit quelque chose aux gens. Cela leur donne l’impression que les frontières n’ont pas d’importance, que nous pouvons les briser. » La scène avec la barrière met en lumière la séparation entre les deux communautés dans le film. Oddz marmonne d’un air de défi au début de la séquence d’ouverture : « Vous ne pouvez pas juste construire un mur et dire ‘vous ne pouvez pas faire ça’, c’est de la musique, c’est pour tout le monde. » On nous présente Oddz alors qu’il arrose ses plantes et qu’il tripote ses vinyles chez lui à Ramallah.

Sama espère qu’un jour, il y aura un festival en territoire occupé ‘cela va bousculer l’opinion du monde’ (Adlan Mansri)

La chaude cordialité que, dans cette scène, DJs et réalisateurs semblent ressentir pour Oddz est visible pendant sa séance Boiler Room. Au moins 20 personnes l’embrassent tout à tour alors qu’il monte vers les platines. Le son de sa musique est un mix au tempo rapide de rythmes durs européens et bondissants africains. Il est presque impossible pour la foule de les suivre. Mais le style techno d’Oddz est le seul qui vient de Ramallah. Seule DJ Palestinienne à tenir une séance en solo à Boiler Room, Sama a fait des vagues depuis juin parce qu’elle utilise des synthés inspirés des sonorités de Détroit et de Berlin.

Je la rencontre après un show à Paris, où elle vit depuis début 2018. Elle insiste pour dire que les fêtes en Europe ne sont pas mieux que celles de chez elle. « La façon de danser et l’énergie des gens dans une fête en Palestine sont aussi chaudes que dans une fête à Berlin. La seule différence, c’est que le nombre de personnes est très inférieur et le lieu beaucoup plus petit. Dans la techno, je trouve généralement que l’ambiance et l’énergie des gens sont les mêmes dans le monde entier. » Pour Sama, la décision de s’installer à Paris tenait moins au fait de s’engager dans la techno qu’elle avait découverte à 19 ans à Ramalah que pour pouvoir éviter les couvre-feux qui rendent les fêtes difficiles.

« Notre scène est plus nouvelle, plus fraîche, plus sympa qu’en Europe et je suppose que l’oppression fait que nos fêtes explosent un peu plus fort », dit-elle en riant.

Depuis l’installation de Boiler Room, Sama a vu une énorme montée en popularité de la scène palestinienne et de l’intérêt qu’on a pour elle en tant qu’artiste. Je l’interroge sur l’importance de cet ensemble et sur ce que cela signifiera pour les artistes de sa ville natale à l’avenir. « Avoir une ville avec ce niveau d’appréciation de la musique nous a fait sentir plus libres et nous a procuré quantité de motivations.

« Pour les Palestiniens qui s’intéressent à la musique électronique, nous ne sommes pas les étrangers qu’ils s’imaginent que nous sommes. Nous résistons avec notre musique, ensemble, nous sommes la révolution. »

Traduction : J. Ch. Pour l’Agence Média Palestine

Source: The Independent

4:3 & Boiler Room Presents – Palestine Underground

 

Boycott Apartheid : une contribution musicale de UK Boycott Eurovision campaign

Dites-le avec du rythme !!!

Les paroles :

You gotta talk it through
And then you gotta give it thought
Cause if you believe in Palestinian human rights
You gotta show support
And soon you will find that there comes a time
For cultural boycott

You gotta learn the facts
And then you gotta make a stand
You can be sure injustice is something
Everybody understands
When you decide that the time’s arrived
For cultural boycott

Boycott divest and sanction
Till Palestine is free
The only course of action
To show our solidarity

Since Israel’s an apartheid state
And racism just isn’t right
But just like with South Africa
We can all join the fight
So now you can see why it’s gotta be
A cultural boycott

[INTERLUDE]

When Palestinians dare to dream
They face Israel’s brutality
Breaking the rules of international law again
With impunity
And that’s how you know that’s it’s time to go
For cultural boycott

Don’t let your indecision
Interrupt your stride
Boycott Eurovision
Don’t help to artwash apartheid

You gotta talk it through
And then you gotta give it thought
Cause if you believe in Palestinian human rights
You gotta show support
And soon you will find that there comes a time
For cultural boycott

You gotta talk it through
And then you gotta give it thought
Cause if you believe in Palestinian human rights
You gotta show support
And soon you will find that the time’s arrived
For cultural boycott
For cultural boycott
For cultural boycott
For cultural boycott

Cueillette des olives 2018 : des cueilleurs témoignent ! Regardez la vidéo !!!

Deux jeunes militants de Montpellier ont participé aux cueillettes et ont réalisé un film pour témoigner !  Depuis dix-sept ans nous organisions de telles missions de solidarité avec la résistance civile des paysans palestiniens, et nous n’avions pas encore réussi à faire un documentaire : un grand merci à eux pour leur contribution à la popularisation de la lutte contre la colonisation, pour la justice et l’égalité !

Une nouvelle campagne de cueillettes est en préparation : n’hésitez pas à nous contacter pour vous y préparer et y participer ! Nous ne manquerons pas de vous inviter à nos réunions !

Enlèvements d'enfants par les forces israéliennes à Hébron, du 4 au 11 décembre 2018

15 décembre 2018 | Mouvement de solidarité internationale, équipe Al-Khalil | Hébron, Palestine occupée

En décembre, 7 enfants ont été enlevés trois jours différents dans les quartiers de Qeitun et Salaymeh à Al Khalil (Hébron). Les militants de l’ISM étaient présents à ces 3 occasions et ce rapport contient des séquences vidéo documentant ces 3 incidents.

Lieu: quartiers Qeitun / Salaymeh.

Le secteur où ces enlèvements ont eu lieu se trouve au centre d’Hébron, à une courte distance au sud de la mosquée Ibrahimi. Ici, les deux rues menant à la zone commerçante de Tareq Ibn Ziad sont bloquées par les points de contrôle Qeitun et Salaymeh. Le point de contrôle Qeitun est également connu sous le nom de point de contrôle Abu Rish. Salaymeh est aussi communément appelé Checkpoint 160. Pour compliquer les choses, il existe également d’autres noms. Les autorités palestiniennes et israéliennes appliquent des systèmes de numérotation différents. Par souci de simplicité, j’appelle les points de contrôle et les quartiers au sud d’eux la dénomination «Qeitun» et «Salamyeh».

Les routes de la ville allant des postes de contrôle vers le sud se trouvent dans une partie étroite de la vallée, séparées par un pâté de maisons (environ 200 m). Le secteur est donc très petit et présente des collines escarpées.

Enlèvements:

4 décembre 2018

Il y a eu deux incidents le 4 décembre, dans les rues parallèles partant des points de contrôle de Salaymeh (point de contrôle 160) et de Qeitun (Abou Rish).

Enlèvements par des soldats de l’occupation israélienne AU point de contrôle de Salaymeh:

  • Les soldats étaient entrés dans le quartier par le point de contrôle de Salaymeh. Un groupe est resté dans la rue et l’autre est entré dans des jardins situés derrière les maisons et ils se sont installés près de l’école.
  • Un petit groupe de garçons se sont rassemblés dans la rue après la fin de l’école.
  • Des militants internationaux étaient présents et observaient la situation à moins de 5 mètres.
  • Aucun des garçons n’a jeté des pierres.
  • Les soldats dans la rue ont maintenu l’attention des enfants tandis que l’autre groupe est entré dans un garage situé entre l’entrée de l’école et une maison voisine.
  • Les soldats sont sortis du garage où ils se cachaient et ont tendu une embuscade aux garçons qui se tenaient à environ 3 mètres.
  • Les activistes sont intervenus pour interroger les soldats sur leurs actions et demander ce que les garçons avaient fait. Un enfant a réussi à s’échapper, mais deux ont été enlevés et emmenés au poste de contrôle de Salayme.

Enlèvement par des soldats de l’occupation israélienne par le point de contrôle de Qeitun:

  • Parallèlement à l’enlèvement de Salaymeh, la police des frontières israéliennes est entrée dans le quartier de Qeitun.
  • Ils ont établi un «point de contrôle» à environ 200 mètres à l’extérieur de l’école de garçons «Alhajryt», vérifiant les pièces d’identité et fouillant au corps un Palestinien contre la barrière.
  • Ils sont ensuite retournés vers Salaymeh avant de s’engager dans la rue pour capturer quelqu’un. Le seul garçon dans les environs se trouvait devant l’école Alhajryt avec l’un de ses professeurs.
  • De nouveau, des activistes étaient à proximité lorsque l’embuscade s’est produite. L’enfant n’a rien fait pour justifier son enlèvement.
  • Le professeur du garçon a refusé de le quitter et ils ont été escortés ensemble au point de contrôle de Qeitun.
  • La vidéo suivante documente cet enlèvement:

5 décembre 2018

Trois enlèvements à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans la zone située à l’extérieur du point de contrôle de Quetun, libérant ainsi la circulation.
  • Deux d’entre eux se sont placés à l’intersection la plus proche du point de contrôle. Encore une fois, cela semblait attirer l’attention des enfants.
  • Un autre groupe de membres de la police des frontières ont tendu une embuscade à un groupe d’enfants, en coordination avec le premier groupe qui a couru dans la rue. Le deuxième groupe semble avoir tendu son embuscade en pénétrant par des bâtiments situés au-dessus de la rue.
  • Les garçons ont été emmenés au point de contrôle de Qeitun.
  • Les vidéos suivantes montrent les garçons enlevés:

11 décembre 2018

Enlèvement à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans le quartier de Qeitun par une porte située à côté de l’école al Faihaa et en face du «point de contrôle du bus» près de la mosquée Ibrahimi.
  • Ils ont traversé les oliviers pour se rendre dans une usine située au centre du pâté de maisons et s’y sont cachés plus de 30 minutes jusqu’à ce que les écoliers aient terminé leurs cours.
  • Après une tentative infructueuse de sortir dans la rue sans être repéré près du point de contrôle de Qeitun, ils ont débouché sur une rue transversale entre Salaymeh et Qeitun.
  • Ils ont essayé un sprint initial à l’intersection mais il n’y avait pas d’enfants là-bas.
  • Ils ont ensuite erré sans but, mais ont été incapables d’inciter quiconque à leur jeter des pierres.
  • Un homme a été arrêté au hasard, sorti de sa voiture, sa carte d’identité a été vérifiée et il a été fouillé au corps.
  • Ils sont ensuite revenus à l’intersection avec la route à partir du point de contrôle de Qeitun et ont réussi à provoquer quelques jets de petites pierres.
  • Le commandant a ensuite ordonné à deux des soldats de courir sur la route pour tenter de capturer quelqu’un.
  • Le seul garçon qu’ils ont pu trouver était un enfant de 10 ans se tenant devant un magasin tenant la main de son frère de 4 ans. Ils étaient entourés d’adultes.
  • Les activistes étaient dans la rue des deux côtés de la boutique et ont été témoins de l’absence de jets de pierres par cet enfant.
  • Les militants ont tenté d’intervenir et ont demandé à plusieurs reprises une raison pour l’enlèvement du garçon mais ont été ignorés, le garçon ayant été emmené de force.
  • On peut l’entendre appeler: «Akhi! Akhi! [Mon frère. Mon frère!] Comme il est emmené. Laissant son frère cadet seul, sans membre de la famille.
  • La police des frontières a escorté le garçon jusqu’au poste de police situé près de la mosquée Ibrahimi, en empruntant l’itinéraire qu’ils avaient emprunté pour pénétrer dans le quartier via les oliveraies et les jardins.
  • Voir la vidéo suivante:

Résumé:

Les quatre incidents de ces trois jours, les 4, 5 et 11 décembre 2018, ont plusieurs points communs:

  • La police des frontières israélienne et les soldats de l’occupation israélienne ont tous agi avec l’intention d’enlever des écoliers palestiniens.
  • Une fois qu’ils ont réussi, ils ont immédiatement quitté la zone en montrant que c’était leur objectif depuis le début.
  • La présence et le comportement des soldats et de la police des frontières étaient une provocation ayant pour but de chercher un prétexte pour un enlèvement.
  • Aucun des enfants enlevés ces jours-là ne lançait de pierres. Il n’y a pas eu non plus de troubles importants ni de jets de pierres au cours de ces 3 jours.
  • Des militants internationaux étaient à proximité à chaque fois que des enlèvements ont eu lieu.
  • Un garçon avait 14 ans mais les autres étaient plus jeunes.
  • Les enfants n’ont jamais été accompagnés par un parent d’un membre de la famille et aucune tentative n’a été faite pour en chercher un.

Conclusions:

  • L’enlèvement d’enfants innocents, en particulier dans ces circonstances, constitue une violation de la justice ordinaire, du droit humanitaire et du droit international.
  • Si l’objectif de ces enlèvements était la dissuasion, il ne peut être interprété que comme une forme de punition collective ou d’intimidation psychologique afin de maîtriser toute forme de résistance à l’occupation israélienne.
  • S’il s’agissait d’une affaire civile, les autorités palestiniennes travailleraient avec les enfants, comme dans tout autre pays.
  • La racine du problème est l’occupation elle-même. L’oppression systématique du peuple palestinien dont font partie les enfants est le problème à résoudre.
  • Les enlèvements constituent pourtant un autre aspect de cette oppression systématique qui se perpétue tant que l’occupation se poursuit.
  • Les injustices de ces enlèvements arbitraires ne font que renforcer la détermination des Palestiniens à résister à l’occupation et à alimenter les réactions de la jeunesse palestinienne qui endure de telles choses.

L'architecture de la colonisation israélienne

L'architecture de la colonisation israélienne

Pourquoi les colonies israélienens ont-elles cette forme-là, sont-elles construites de cette manière-là ? Yazid Anani nous explique l'architecture de la domination…

Publiée par Plateforme Palestine sur Mercredi 19 décembre 2018