Les tribunaux militaires dans les territoires palestiniens occupés

Contexte et histoire

Le 7 juin 1967, trois proclamations et une série d’ordonnances militaires ont été publiées sous forme de proclamations sur l’ensemble de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. La Proclamation n ° 1 annonçait la prise de contrôle administratif de l’armée israélienne et le pouvoir de préserver la sécurité et l’ordre publics. La Proclamation n ° 2 assurait la continuité d’un système judiciaire et déclarait les pouvoirs du commandant militaire des forces d’occupation israéliennes. Enfin, la Proclamation n ° 3 énoncait les procédures juridiques des tribunaux militaires et l’ordonnance n ° 3 établissait les tribunaux militaires (à l’origine, Jérusalem, Hébron, Jénine, Naplouse, Ramallah et Jéricho). L’ordonnance concernant les dispositions de sécurité a été remplacée en 1970 par une nouvelle ordonnance 378, intitulée «Ordonnance concernant les dispositions de sécurité», qui est devenue la base des tribunaux militaires qui gèrent régulièrement la détention, l’interrogatoire, les poursuites, le jugement et la condamnation de Palestiniens. [1]

Des tribunaux supplémentaires ont été ouverts au cours de la première Intifada (1987-1993) à Hébron et à Jénine. Suite aux accords d’Oslo, ces tribunaux ont été fermés. [2] À l’heure actuelle, deux tribunaux militaires opérant en Cisjordanie, le tribunal d’Ofer et le tribunal de Salem, situés dans des zones militaires fermées, poursuivent les Palestiniens de Cisjordanie arrêtés par l’armée israélienne et accusés de violation de la sécurité (comme définis par Israël) et d’autres crimes. Tous les Palestiniens qui sont arrêtés ne sont pas poursuivis devant les tribunaux militaires; certains sont libérés tandis que d’autres sont détenus administrativement sans procès (voir ci-dessous «détention administrative»). Le taux de condamnation est de 99% pour cent des personnes inculpées et la grande majorité de ces condamnations résultent de négociations de plaidoyers. [3]

Portée catégorique et géographique du système militaire

Un large éventail de règlements militaires régit tous les aspects de la vie des civils palestiniens, y compris lorsque des Palestiniens vivant dans les territoires palestiniens occupés sont arrêtés et détenus. Ces ordonnances militaires prévoient un large éventail d’infractions réparties en cinq catégories: «activité terroriste hostile»; perturbation de l’ordre public; Infractions pénales «classiques»; présence illégale en Israël; et infractions au code de la route commises dans les territoires palestiniens occupés. Ces infractions généralisées criminalisent de nombreux aspects de la vie civique palestinienne. Par exemple, bien qu’Israël soit engagé dans des négociations de paix avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) depuis 1993, les partis politiques qui composent cette organisation sont toujours considérés comme des «organisations illégales». Porter un drapeau palestinien est également considéré comme un crime selon les règlements de  l’armée israélienne. La participation à une manifestation est considérée comme une perturbation de l’ordre public. Même verser du café à un membre d’une association déclarée illégale peut être perçu comme un soutien à une organisation terroriste.

Ces tribunaux militaires sont utilisés pour poursuivre les Palestiniens vivant dans les territoires occupés, tandis que les colons israéliens vivant dans des colonies de peuplement illégales dans le territoire occupé sont poursuivis devant des tribunaux civils. En outre, ce sont les officiers militaires qui assurent les jugements et sont donc enclins à faire preuve de partialité. [4]

  On peut soutenir que la portée catégorique et territoriale du tribunal militairene respecte pas les exigences du droit international. La Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre (Quatrième Convention de Genève) du 12 août 1949 traite également de l’utilisation des tribunaux militaires à l’article 66, qui stipule :

En cas de violation des dispositions pénales promulguées par elle en vertu du deuxième paragraphe de l’article 64, la puissance occupante peut remettre l’accusé à ses tribunaux militaires non politiques dûment constitués , à condition que ceux-ci siègent au sein du pays occupé. Les cours d’appel siégeront de préférence dans le pays occupé [italique ajouté] . [5]

En vertu de l’ordre militaire 1651 (2009), le fait de jeter des pierres est considéré comme une “infraction à la sécurité” et sa peine peut aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement. En outre, la criminalisation des activités civiques par l’Ordre militaire n ° 101 entraîne la poursuite du ciblage d’étudiants, de militants, de défenseurs des droits de l’homme et de dirigeants de la société civile palestiniens. Ce ciblage doit être replacé dans un contexte plus large de tentatives systématiques de l’occupation israélienne pour réprimer la société civile palestinienne, qui tient Israël pour responsable des crimes commis contre les Palestiniens. La preuve de cette répression est visible dans le taux d’arrestation, qui peut-être considéré comme une preuve supplémentaire.

Alors que le droit international stipule que les civils peuvent être poursuivis devant les tribunaux militaires sur une base temporaire, reflétant peut-être la conception générale de l’occupation en tant que situation temporaire, ces tribunaux ont été utilisés pour poursuivre les Palestiniens dans les territoires occupés pendant des décennies. Depuis 1967, environ 800 000 Palestiniens ont été jugés par ces tribunaux. [6]

La portée géographique peut également être contestée à cet égard. En violation des conditions de compétence territoriale de la puissance occupante énoncées à l’article 42 du Règlement de La Haye de 1907, selon lequel “l’occupation s’étend uniquement au territoire où cette autorité est établie et peut être exercée”, le tribunal militaire étend sa compétence à l’égard des crimes énumérés dans le Rule of Criminal Responsibility Order (1968), y compris à des crimes présumés non commis sur le territoire. [7]

En outre, la portée catégorique des violations traitées dans le système des tribunaux militaires est également contestable. Les articles 64 et 66 de la quatrième Convention de Genève stipulent que ces tribunaux doivent pouvoir invoquer des violations qui constituent une menace pour la sécurité de l’État et des menaces contre la vie de soldats. [8] Malgré cela, les Palestiniens sont régulièrement amenés devant les tribunaux militaires d’Ofer et de Salem pour des violations, notamment «intrusion», «troubles publics» et même infractions au code de la route. La vaste portée de la juridiction géographique et juridique du système juridique militaire a été considérée comme laissant la place à un «contrôle étendu par les autorités judiciaires militaires» et à une «domination judiciaire de l’armée sur la population civile palestinienne». [9]

L’ordre militaire 101, publié en août 1967 au début de l’occupation, criminalise les activités civiques telles que la participation à des rassemblements, l’organisation et la participation à des manifestations, l’agitation de drapeaux ou d’autres symboles politiques, voire l’impression et la distribution de documents politiques. En outre, «soutenir une organisation hostile», toute activité démontrant de la sympathie pour une organisation que les ordres militaires jugent illégale est en soi illégale. Ceci en dépit du fait que la majorité des partis politiques palestiniens sont en réalité illégaux. L’ordre précise également que toute assemblée ou rassemblement de dix personnes ou plus, au sens des dispositions pouvant être interprétées comme politiques, nécessite un permis. L’ordre interdit également l’impression de documents politiques sans l’autorisation du commandant militaire. Ces dispositions ont pour effet d’empêcher la vie politique et civique dans le territoire occupé. Cela viole sans doute les articles 64 et 66 susmentionnés des conventions de Genève, qui stipulent que le recours à de tels tribunaux militaires doit uniquement servir à des accusations de menace à la sécurité de l’État. [10] Au total, de tels ordres militaires criminalisent les activités civiques.

Procédures de procès équitable

Selon le droit international humanitaire, Israël a le droit de créer des tribunaux militaires dans les Territoires palestiniens occupés en tant que puissance occupante, mais le droit international relatif aux droits de l’homme et le droit international humanitaire en vigueur limitent la compétence de ces tribunaux aux violations de la législation en matière de sécurité. Toutefois, la juridiction des tribunaux militaires israéliens est beaucoup plus large et comprend des infractions ne relevant pas de la législation applicable. Cette juridiction envahissante a entraîné l’inclusion de vastes parties du code pénal israélien dans les opérations du tribunal militaire. Cela inclut l’utilisation de la jurisprudence israélienne interne devant le tribunal militaire lui-même. Cela signifie que les avocats palestiniens doivent être parfaitement au courant de toutes les affaires israéliennes internes afin de représenter efficacement leurs clients, ce qui  les désavantage nettement.

En outre, on peut se demander si le recours à des tribunaux militaires pour juger des civils peut jamais satisfaire aux exigences du droit international  et des droits de l’homme qui exigent que les procès se déroulent devant des tribunaux indépendants et impartiaux. En droit international, le droit fondamental à un procès équitable est garanti, mais les tribunaux militaires israéliens ne tiennent aucunement compte de ces droits.

L’article 147 de la quatrième Convention de Genève qualifie d’infraction grave le fait  de «priver délibérément une personne protégée des droits d’un procès équitable et régulier énoncé dans la présente Convention». L’article 105 de la Convention de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre (troisième Convention de Genève) du 12 août 1949, dont la quatrième Convention de Genève dispose que les accusés devraient bénéficier des droits suivants :

L’avocat ou le conseil qui assure la défense pour le compte du prisonnier de guerre doit disposer d’un délai de deux semaines au moins avant l’ouverture du procès ainsi que des facilités nécessaires pour préparer la défense de l’accusé. Il peut notamment rendre librement visite à l’accusé et l’interroger en privé. Il peut également s’entretenir avec des témoins de la défense, y compris des prisonniers de guerre. Il bénéficiera de ces facilités jusqu’à l’expiration du délai d’appel ou de pétition. [11]

La Cour internationale de justice (CIJ) a affirmé que certains instruments du droit international des droits de l’homme, notamment le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), étaient applicables dans les territoires occupés [12] . L’article 14 (3) du PIDCP stipule que les personnes inculpées ont droit à des garanties minimales, y compris le droit d’être informées rapidement de l’accusation, de disposer du temps et des moyens nécessaires pour se défendre et ne peuvent être jugées dans des délais déraisonnables. Le droit international humanitaire (DIH), tel que codifié par la quatrième Convention de Genève, qu’une peine ne peut être prononcée qu’à l’issue d’un procès dans le respect des règles  [14] . La quatrième Convention de Genève indique également à l’article 71 que:

Les accusés poursuivis par la puissance occupante seront rapidement informés par écrit, dans une langue qu’ils comprendront, des détails des accusations portées contre eux, et seront traduits en justice dans les meilleurs délais. [15]

Les personnes arrêtées vivant dans les territoires occupés sont rarement informées des charges qui leur sont reprochées, s’il y en a [16], lors de leur arrestation.

L’absence de normes de procès équitables est également remarquable dans les procès de prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ce qui entrave de la préparation d’une défense adéquate. L’article 71 de la quatrième Convention de Genève dispose que l’accusé “a le droit de se faire assister par un avocat ou un conseil qualifié de son choix, qui doit pouvoir lui rendre visite librement et jouir des installations nécessaires pour préparer sa défense”. [17] Une violation flagrante de cet article implique de sévères restrictions concernant les visites des avocats. Selon l’estimation d’un ancien procureur militaire, près de 60% des suspects interrogés dans le cadre du GSS se sont vu refuser une réunion avocat-client en raison d’ordonnances rendues par le Service de sécurité générale (GSS). Ces ordres sont en vigueur pendant un mois à compter de la date de l’arrestation. [18] Cette décision peut également être renouvelée par un tribunal militaire pour 30 jours supplémentaires, conformément à l’ordonnance du tribunal militaire 1651.

En outre, la prison d’Ofer, située en Cisjordanie, ne dispose pas de salles de réunion adéquates pour les conseils. Les avocats palestiniens ne peuvent généralement pas obtenir la permission d’entrer sur le territoire israélien pour se rendre dans les prisons. Les visites des avocats ont généralement lieu à travers une paroi de verre et via un téléphone. Le conseiller juridique d’Addameer a indiqué que la table était trop petite pour contenir un cahier et que les installations fournies ne permettaient pas de préparer une défense adéquate.

En outre, alors que l’article 71 de la quatrième Convention de Genève stipule que les accusés doivent être assistés d’un interprète lors des enquêtes et auditions (qui se déroulent en hébreu) [19], les traducteurs dans les salles d’audience (soldats arabophones) sont souvent peu qualifiés en traduction et donc incapable de fournir une interprétation appropriée, laissant souvent les accusés incapables de comprendre ce qui se dit dans les salles d’audience. [20]

Conclusion

En conclusion, le tribunal militaire est une institution qui travaille main dans la main avec l’occupation. Il est composé de l’armée d’occupation, administré par ses commandants et exerce son jugement sur le peuple vivant sous occupation. La création d’une telle institution est conforme à la lettre du droit international humanitaire, mais pas à son esprit. Plus qu’un organe de justice, c’est un organe de contrôle qui donne une couche de légitimité à la domination continue du peuple palestinien.

Chiffres clés du tribunal militaire 2017 [21]
Accusations déposées devant le tribunal militaire 10 454
Le pourcentage d’actes d’accusation liés à des «infractions de sécurité» 20%
Pourcentage d’actes d’accusation liés à des «infractions au code de la route» 50%
Ordonnances de détention administrative prononcées 1205
Montant total des amendes payées au tribunal militaire 20 millions de NIS

[1] Yesh Din. (2007). Procédures d’arrière-cour: La mise en œuvre du droit à une procédure régulière dans les tribunaux militaires des territoires occupés.

[2] Yesh Din. «Procédures d’arrière-cour: La mise en œuvre de la procédure régulière dans les tribunaux militaires dans les territoires occupés». Décembre 2007, pages 35-40.

[3] Rapport officiel sur le travail des tribunaux militaires en Cisjordanie en 2010 (hébreu), publié en 2011, Military Courts Report 2010.

[4] Yesh Din. «Procédures d’arrière-cour: La mise en œuvre de la procédure régulière dans les tribunaux militaires dans les territoires occupés». Décembre 2007.

[5] Ibid.

[6] Documentation Addameer, 2017.

[7] Sharon Weill, «Le bras judiciaire de l’occupation: les tribunaux militaires israéliens dans les territoires occupés». Revue internationale de la Croix-Rouge. Volume 89, no. 866. Juin 2007, pages 404.

[8] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant la protection des personnes civiles en temps de guerre (Quatrième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 287.

[9] Sharon Weill, «Le bras judiciaire de l’occupation: les tribunaux militaires israéliens dans les territoires occupés». Revue internationale de la Croix-Rouge . Volume 89, no. 866. Juin 2007, pages 418-419.

[10] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant la protection des personnes civiles en temps de guerre (Quatrième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 287.

[11] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant le traitement des prisonniers de guerre (troisième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 135.

[12] Cour internationale de justice. 9 juillet 2004. «Conséquences juridiques de la construction d’un mur dans le territoire palestinien occupé».

[13] Assemblée générale des Nations Unies, Pacte international relatif aux droits civils et politiques, 16 décembre 1966, Nations Unies, Recueil des traités, vol. 999, p. 171

[14] Article 71.

[15] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant la protection des personnes civiles en temps de guerre (quatrième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 287.

[16] Voir la section sur la détention administrative ci-après.

[17] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant la protection des personnes civiles en temps de guerre (quatrième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 287.

[18] Yesh Din. «Procédures d’arrière-cour: La mise en œuvre de la procédure régulière dans les tribunaux militaires dans les territoires occupés». Décembre 2007, page 17.

[19] Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Convention de Genève concernant la protection des personnes civiles en temps de guerre (Quatrième Convention de Genève), 12 août 1949, 75 UNTS 287.

[20] Pour plus de détails, voir Addameer Association, «Défense des prisonniers palestiniens: Rapport sur le statut des avocats de la défense devant les tribunaux militaires israéliens», avril 2008, disponible à l’ adresse http://www.addameer.org/files/Reports/defending. prisonniers palestiniens.pdf , pages 24-25.

[21] Tous les chiffres ont été fournis à Addameer par le tribunal militaire lui-même.

Article publié par Addameer

Quand Ouest-France sert la soupe coloniale... Toute honte bue !

Nous nous amusons ci dessous à reproduire l’interview donnée à Ouest-France par Bruno Cressard, vice-président de l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine et avocat apparemment non familier de la défense des Droits de l’Homme… Nous remplaçons juste les illustrations de la rédaction d’Ouest-France par quelques images glanées auprès des mouvements de défense des droits de la personne en Palestine et en Israël. Juste pour rappeler de quel écosystème se nourrit la “start-up nation” qui émerveille le patronat brétillien.

Jamais Israël n’a reçu une aussi importante délégation de chefs d’entreprise français. Du 13 au 17 octobre, 185 patrons bretons voyagent à Tel Aviv et Jérusalem pour faire du réseau, établir des contacts, examiner les opportunités d’affaires. Explications avec Bruno Cressard, avocat et vice-président de l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine, qui organise ce voyage.

Chaque année, l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine (UE 35, le Medef bretillien) organise un voyage pour permettre aux entrepreneurs de s’ouvrir à l’international.

Une Palestinienne passe par un poste de contrôle à Hébron alors qu’elle rentre de l’école. Photo de B’Tselem, 16 février 2017. L’accueil réservé par leurs amis israéliens aux patrons breton a semble-t-il été plus cordial ! (source : B’Tselem)

Après Londres sur le thème des conséquences du Brexit, en 2016, Bruxelles et les institutions européennes, en 2017, 185 patrons de PME et TPE, représentants de l’immobilier, de l’alimentaire, des banques, de l’innovation numérique et des services aux entreprises, décollent pour Israël, du 13 au 17 octobre.

Des conditions de travail qui provoquent de nombreux accidents. Un taux de chômage faible dit M. Cressard ? Pour des salaires de misère et une exploitation éhontée du travail immigré ! Le code du travail israélien fait il rêver le patronat breton ? Pour plus d’informations, consulter le site de l’association Kav La’Oved, qui fait le travail que le syndicat d’état israélien Histadrout n’a jamais pris sérieusement en charge !

Entretien avec Bruno Cressard, avocat et vice-président de l’UE 35 :

Chaque année, l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine organise un voyage pour permettre aux entrepreneurs de s’ouvrir à l’international. Pourquoi Israël cette année ?

Depuis quinze ans, Israël aligne des indicateurs économiques à nous faire pâlir d’envie : une croissance ininterrompue de son PIB, grâce notamment à l’exportation, une discipline budgétaire et fiscale, et un taux de chômage inférieur à 4 %.

Travailleurs palestiniens au checkpoint de Bethlehem (Source : Activestills.org)

Israël se définit comme la Start-up nation et tout y est fait pour faciliter la croissance des entreprises qui sont poussées à l’innovation. Il nous est apparu intéressant de comprendre les ressorts de cette croissance, dont les fruits semblent cependant mal partagés. Lorsque Patrick Drahi, président d’Altice, nous a proposé, lors d’un dîner débat de l’UE 35, de nous accueillir en Israël, nous avons saisi l’occasion.

Démolitions à Jérusalem-Est

La délégation comporte 185 entrepreneurs et encore vous avez dû refuser du monde ! Pourquoi cet engouement des patrons bretons pour Israël ?

Le but n’est pas de battre des records de participation, même si nous venons d’apprendre qu’Israël n’a jamais reçu une aussi importante délégation de chefs d’entreprise français… Mais de permettre aux chefs d’entreprise d’Ille-et-Vilaine de découvrir l’écosystème d’un pays et les opportunités d’affaires. Nos adhérents ont trouvé que cette proposition de voyage en Israël correspondait à leurs attentes.

Bitter dates, un reportage de Kav La'Oved sur l'exploitation des travailleurs palestiniens par les colons de la vallée du Jourdain

Vous avez travaillé pendant un an sur l’organisation de ce voyage. Était-ce plus compliqué que pour d’autres destinations ?

Nous avons eu de nombreux contacts avec l’Ambassade d’Israël en France comme avec l’Ambassade de France en Israël et tous nos interlocuteurs nous ont grandement aidés à l’organisation. Bien évidemment, nous avons suivi de près la situation en Israël, afin de garantir la sécurité de la délégation et le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian lui-même, s’est investi à nos côtés.

Duplicité d’un Le Drian…

Plusieurs visites d’entreprises spécialisées dans la cybersécurité, les médias et télécommunications, l’intelligence artificielle et les objets connectés, sont au programme ? Quel accueil vous ont fait les patrons israéliens ?

Je ne vais pas vous dévoiler tout le savoir-faire que nous mettons en œuvre avec Hervé Le Jeune, délégué général de l’Union des entreprises 35, mais je peux vous dire que nos interlocuteurs en Israël sont très heureux à l’idée de recevoir notre délégation et ont facilité l’établissement du programme de conférences et visites.

Lors de la préparation de ce voyage, nous avons été frappés par l’intérêt porté par les chefs d’entreprise Israéliens à la relation avec la France et leur connaissance de notre économie, notamment de l’écosystème numérique rennais.

Quelles sont les relations d’affaires qui existent déjà entre Israël et l’Ille-et-Vilaine, ou la Bretagne en général ?

Yves Rocher est implanté là-bas. Il y a également le groupe Beaumanoir, des entreprises de l’agroalimentaire et du numérique. Mais je suis persuadé que nombre de membres de notre délégation vont profiter de ce voyage pour examiner les opportunités d’affaires en Israël.

L’article, avec ses illustrations originelles est consultable sur le site de Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/entretien-economie-185-patrons-bretons-s-envolent-pour-israel-6016199

“Tel Aviv et Jérusalem en Israël”, dit la légende de Ouest-France en montrant une image de la vieille ville… Éthique en toc ???

Pétition pour l'égalité de tous les citoyens en Israël

Le 19 juillet 2018, le Parlement israélien adoptait la loi définissant Israël comme État-nation du peuple juif.

Cette loi est le concentré, l’aboutissement, de la politique de la droite et de l’extrême-droite israélienne. En une douzaine de points :

  •  elle affirme la prédominance ethnique juive en Israël ;
  •  elle encourage la colonisation juive, présentée comme valeur nationale, et confirme l’annexion de Jérusalem déclarée unilatéralement capitale d’Israël ;
  • elle précise explicitement que le peuple juif est le seul à exercer le droit à l’autodétermination en Israël sans préciser les frontières de celui-ci ;
  • elle retire même à la langue arabe le statut de langue officielle désormais réservé exclusivement à la langue hébraïque.

Ainsi le postulat d’une inégalité fondamentale, inscrite dans le droit et pas seulement dans les faits, est établi entre les citoyens d’un même pays, d’un côté les citoyens juifs ou d’origine juive et de l’autre côté les citoyens arabes et non juifs qui deviendraient juridiquement des citoyens de seconde catégorie.

C’est dire que cette loi renie ouvertement la promesse de la Déclaration d’indépendance du 14 mai 1948 selon laquelle le nouvel État « assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe ». Contrairement à la loi fondamentale de 1992 « sur la dignité de l’homme et sa liberté », elle ne fait plus aucune référence ni à la démocratie ni à l’égalité.

Autant de violations des fondements d’un État démocratique et autant de violations du droit international.

De nombreuses personnalités, juives et non-juives, se sont élevées contre cette loi. Le président du Congrès juif mondial a fermement critiqué la politique poursuivie par le gouvernement israélien, les lois récemment adoptées et spécifiquement cette loi État-nation.

En Israël, des manifestations importantes, regroupant des dizaines de milliers d’israéliens, de toutes origines et de toutes confessions, ont eu lieu à plusieurs reprises contre cette loi qui institue une discrimination entre les citoyens.

Nous appelons à se tenir aux côtés des progressistes israéliens – sans distinction d’origine ethnique – pour exiger :

  • l’abolition de cette loi inique ;
  • l’égalité de droit de tous les citoyens israéliens ;
  • que cessent les atteintes de plus en plus graves aux libertés démocratiques et aux droits humains.

A l’initiative de : 

Robert Kissous, économiste ; Gilles Manceron, historien ; Bernard Ravenel, historien ; Michel Tubiana, avocat ; Dominique Vidal, journaliste et historien

Premiers signataires :

Wadih Al-Asmar, président du réseau Euromed droits ; Gadi Algazi, historien, Tel Aviv ; Arié Alimi, avocat ; Tauba Alman, membre du Bureau de l’UJRE (Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide) ; Jean-Christophe Attias, universitaire ; Bertrand Badie, professeur émérite ; Esther Benbassa, directrice de recherches ; Pierre Barbancey, grand reporter ; Françoise Basch, professeur émérite ; Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH ; Sophie Bessis, historienne ; Bernard Bloch, écrivain, metteur en scène et comédien ;Rony Brauman, ex-président de MSF, enseignant, essayiste ; Barbara Cassin, philosophe ; Monique Cerisier ben Guiga, sénatrice honoraire ; Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des universités ; Denis Charbit, universitaire (Israël) ; Monique Chemillier-Gendreau, professeur émérite de droit public et science politique ; Alice Cherki, psychiatre et essayiste ; Dimitris Christopoulos, président de la FIDH ; Martine Cohen, sociologue émérite au CNRS ; Sylvain Cypel, journaliste ; Michel Dreyfus, historien ; Jean-Pierre Dubois, professeur d’université ; Françoise Dumont, présidente d’honneur de la LDH ; Dominique Eddé, écrivaine ; Bernard Frederick, journaliste, rédacteur en chef de la Presse nouvelle magazine (PNM) ; Jean Giard, ancien député ; Mohammed Harbi, historien ; Christiane Hessel ; Marcel Hipszman, retraité ; Eva Illouz, directrice d’études EHESS ; Kamel Jendoubi, ancien ministre, ancien président d’Euromed droits ; Daniel Kupferstein, réalisateur ; Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité ; Henri Leclerc, avocat ; Pascal Lederer, co-animateur d’Une Autre Voix Juive ; Catherine Lévy, sociologue du travail ; Jacques Lewkowicz, président de l’UJRE ; Danièle Lochak, universitaire ; Michael Löwy, directeur de recherches émérite ; Gérad Maarek, urbaniste retraité ; Gustave Massiah, ingénieur et économiste ; Fabienne Messica, sociologue ; Jean-Luc Nancy, professeur émérite ; Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue ; Gilles Perrault, écrivain ; Catherine Sackur, écrivaine ; Jean Louis Sackur, metteur en scène ; Marc Sackur, retraité de l’Éducation nationale ; Malik Salemkour, président de la LDH ; Abraham Ségal, cinéaste documentariste ; Denis Sieffert, journaliste ; Bernard Stiegler, philosophe ; Pierre Tartakowsky, président d’honneur de la LDH ; Jacques Testart, biologiste et essayiste ; Enzo Traverso, historien ; Robert Zimmerman, éditeur

Pour signer l’appel en ligne :  http://pouregalitecitoyensisrael.wesign.it/fr#

Contact : pouregalitecitoyensisrael@gmail.com

Le Temps de la Palestine

2018, ANNÉE DE LA PALESTINE EN FRANCE
En 2018, nous entendons promouvoir l’année de la Palestine, de Gaza à Jérusalem. Dans cet esprit nous appelons à multiplier les manifestations et initiatives culturelles, partout en France, à mutualiser les moyens, et à mettre en commun un agenda et une plate-forme de diffusion pour donner le maximum de publicité à chacun des évènements qui sera organisé, du plus petit au plus grand.

Appel à l’attention des artistes, des associations, des citoyen-ne-s, défenseurs des droits humains, amoureux de la Liberté…

Alors que Trump, le président des États-Unis, vient de légitimer un fait colonial accompli par Israël en reconnaissant Jérusalem-Al Qods comme sa capitale exclusive, le gouvernement français déclare l’année 2018 « Saison France/Israël ».

De nombreuses manifestations culturelles pour le 70ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israël sont annoncées en France.

Nous sommes choqués de voir notre pays, la France, prêter la main à la gigantesque opération de propagande d’un régime de colonisation, d’oppression et d’apartheid qui foule délibérément le droit international, tout en présentant une façade attractive avec l’aide de véritables diplomates culturels.

Depuis plus de 70 ans, les Palestiniens appellent à la reconnaissance de leur histoire et de leurs droits. Leurs droits à l’Humanité et à l’existence sur leur terre. Depuis 70 ans ces droits sont niés. Occupation, bouclages, violences, massacres, expulsions, annexion, apartheid… forment le quotidien de tout un peuple. Depuis 70 ans, la Nakba, la catastrophe de 1948, continue, sous le regard, au mieux gêné, au pire complice de la communauté internationale.

Et la culture palestinienne n’est pas plus épargnée.

Nous, artistes, travailleurs culturels, citoyens engagés, défenseurs des droits humains, associations, solidaires des campagnes B.D.S (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), amoureux de la liberté, disons :

Cela suffit, 2018 DOIT ÊTRE LE TEMPS DE LA PALESTINE, l’année de Jérusalem et de Gaza.

En 2018, nous entendons promouvoir l’année de la Palestine, de Gaza à Jérusalem. Dans cet esprit nous appelons à multiplier les manifestations et initiatives culturelles, partout en France, à mutualiser les moyens, et à mettre en commun un agenda et une plate-forme de diffusion pour donner le maximum de publicité à chacun des évènements qui sera organisé, du plus petit au plus grand.

Il est temps que les Palestiniens recouvrent leurs droits.

Il est temps que les femmes, les hommes et les enfants de Palestine puissent vivre libres.

2018, doit être le temps de l’espoir, comme le clamait le poète palestinien, Mahmoud Darwish :

« Nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir.
Espoir de libération et d’indépendance.
Espoir d’une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes.
Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l’école.
Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant,
dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge
dans les roses plutôt que dans le sang.
Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d’amour et de paix.
Merci de porter avec nous le fardeau de cet espoir. »

Premiers signataires au 1er Janvier 2018 (midi) :

Hasna ABID, Fatima ALI, doctorante Études Théâtrales Paris-Nanterre, artiste, Zahra ALI, enseignant-chercheur Rutgers University, Mouss & Hakim AMOKRANE, chanteurs de ZEBDA et MOTIVÉS, Salah AMOKRANE, militant associatif, Jean ASSELMEYER, réalisateur, directeur du Panorama du cinéma Algérien à Nîmes & Gard, Claire AUBRY, juriste, Mohamed BADICHE, universitaire, Frank BARAT, activiste, Taysir BATNIJI, artiste-plasticien, Charles BEILLARD, Mounia BENAILI, Conseillère municipale de Juvisy, Tarek BEN HIBA, FTCR, Olivier BESANCENOT, postier, Mohamed BHAR, artiste musicien, Habiba BIGDADE, militante des droits de l’Homme, Elise BOIDIN, enseignante en arts plastiques, Ali BOULAYOUNE, Alima BOUMEDIENE, avocate, Bruno BOUSSAGOL, metteur en scène, Mustapha BOUTADJINE, artiste, Rania BOUTEKRABET, étudiante com, Me Maurice BUTTIN, président du CVPR PO, Chiara CALABRESE, chercheuse, Laurence CALABRESE, comédienne, Alain CASTAN, éditeur, Fadela CHAIM-ALLAMI, écrivain, poétesse, Annie CHALMETON, citoyenne du monde, Chérif CHERFI, animateur culturel, Tayeb CHERFI, militant associatif, Amel CHERGUI, animatrice socio-éducative, Laurent CHEVALLIER, cinéaste, Yves CHILLIARD, président AFPS 63, syndicaliste, Francesco CORREALE, CNRS-IR en analyse des sources, Marina DA SILVA, journaliste, Philippe DAUMAS, universitaire, Christine DELPHY, féministe antiraciste, Laurent DE WANGEN, enseignant, Joss DRAY, auteure-photographe, Alizée DUFAU, coordinatrice L’Épicerie des Poètes, Nacer El IDRISSI, ATMF, Txetx ETCHEVERRY, Fondation Manu Robles-Arangiz (Pays Basque), Jeanine EUVRARD, journaliste et fondatrice Proche-Orient ce que peut le cinéma, Kaïs EZZERELLI, historien, Emmeline FAGOT, coprésidente de l’UJFP, Adil FAJRI, Mireille Fanon Mendes-France, Fondation Frantz Fanon, Bernard FAVIER, chroniqueur cinéma, Jérôme FAYNEL, Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, Violette FOLGADO, Présidente du Comité Dordogne-Palestine, Jacques Gaillot, Évèque de Partenia, Dominique GRANGE, chanteuse engagée, Alain GRESH, directeur de OrientXXI.info, Nacira GUÉNIF, sociologue, GUIZMO, chanteur musicien de TRYO, Imen HABIB, animatrice de la campagne BDS France, Samir H. ABDALLAH, cinéaste, Kaddour HADADI, HK, chanteur, Nicola HAHN, médiathécaire, Abeer HAMAD, artiste palestinienne, Bertrand HEILBRONN, Président de l’AFPS, Christiane HESSEL, Christine JORELLE, citoyenne engagée, Bouchra KHALILI, artiste, Kolin KOBAYASHI, journaliste, vidéo-artiste, Rachid KORAÏCHI, artiste-plasticien, Richard LABÉVIÈRE, rédacteur en chef de prochetmoyen-orient.ch, Léopold LAMBERT, rédacteur en chef de The Funambulist, Pierre LANGLOIS, président d’Evry Palestine, Stéphanie LATTE ABDALLAH, historienne et politiste CNRS, Françoise LAURENT, présidente AFPS-Villeneuve d’Ascq, Sarah LECARPENTIER, comédienne et metteur en scène, Patrice LECLERC, maire de Gennevilliers, Elsa LEFORT-HAMOURI, porte-parole du comité de soutien de Salah Hamouri, militante Nadia LEMHEMDI, enseignante, Khéridine MABROUK, directeur artistique, Hamma MELIANI, poète et dramaturge, Marc MERCIER, artiste, Madjid MESSAOUDENE, élu St-Denis, Muriel MODR, artiste plasticienne, Jacques MONDOLONI, écrivain, Monira MOUHOUN, enseignante, Majed NEHMÉ, directeur d’Afrique-Asie.fr, Naïk M’Sili, directrice culturelle, Roland NURIER, réalisateur, Ernest PIGNON ERNEST, artiste, Christine POUPIN, technicienne informatique, Philippe POUTOU, ouvrier, Yves QUINTAL, association ETM31-46, Eric PEROCHON, retraité Solidaires 54, Pierre, Guy PERRIER, AFPS, Renée PRANGÉ, directrice de recherche émérite, Bernard RAVENEL, président d’honneur de l’AFPS, Margalida REUS, responsable de la Communauté de l’Arche, Non-Violence & Spiritualité, Philippe REVEILLE, professeur, Vincent ROMANI, universitaire, ROSS, rappeur, Sylvette ROUGIER, comité poitevin Palestine, Lana SADEK, Forum Palestine Citoyenneté, Julien SALINGUE, Dr en science politique, Catherine SAMARY, économiste, Geneviève SELLIER, professeure cinéma, Université Bordeaux Montaigne, Brahim SENOUCI, universitaire, Michèle SIBONY, UJFP, Denis SIEFFERT, journaliste, Aude SIGNOLES, Enseignant-Chercheur Science Po Aix, Pierre SIGNOLES, universitaire (Tours), Danielle SIMONNET, Conseillère de Paris, Omar SLAOUTI, militant antiraciste, Claude SMITH, réalisatrice, Mathilde SOTIRAS, artiste, Nasser SOUMI, artiste-plasticien, Pierre STAMBUL, coprésident de l’UJFP, Ann L Stoler, professeur d’université, Azzédine TAÏBI, maire de Stains, Philippe TANCELIN, poète-philosophe universitaire, Jacques TARDI, Dessinateur, Isabelle TORDJMAN, AJPF, Jean-Michel TOULOUSE, auteur, Troupe ALQUDS, chant et musique de Palestine à Paris, Troupe PALESTINE, dabke, danse folklorique de Palestine à Paris, Robert VALBON, auteur metteur en scène, Daniel VANHOVE, auteur, Thomas VESCOVI, enseignant, Jean Louis VEY, directeur Festival International du Premier Film d’Annonay, Naila Al WARDI, Plasticienne, Dror WARSCHAWSKI, Chercheur, Christian ZANNIER, Farid ZERZOUR, metteur en scène, Nicole ZIANI, militante associative, Hani ZUROB, artiste …

Artists For Palestine (A4P), Association France-Palestine Solidarité (AFPS National), Association Jumelage Palestine France (AJPF), BDS France, Union Juive Française pour la Paix (http://www.ujfp.org/), Association des Palestiniens en France, AL JALIYA, Union d’Associations et d’Institutions Palestiniennes en France, Association de Palestiniens en Ile-de-France, Forum Palestine Citoyenneté, Collectif Palestine 69 (Lyon), BDS France Saint-Etienne, Palestine13 (Marseille), AFPS/Paris 14, AFPS/Evry Palestine, AFPS/Villeneuve d’Ascq (Villeneuve d’Ascq), AFPS/Nîmes (Nîmes), Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO), Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP), Comité poitevin Palestine (Poitiers), France Palestine Nord Cotentin (Cherbourg), Amitié Lille-Naplouse (Lille), Association Abna Philistine (association des familles Franco-Palestiniennes), Comité Dordogne-Palestine (Dordogne), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) , Association France-El Djazaïr, Fondation Frantz Fanon (Fanon), Association Car-t’y-es Libres (Istres)…

Pour signer l’appel : http://letempsdelapalestine.wesign.it/fr

Voir en ligne : http://www.letempsdelapalestine.fr/