Laissez tomber les groupes de dialogue, il est temps de passer à la co-résistance

Le «modèle de coexistence» est obsolète et trompeur. Au lieu de cela, une militante palestinienne et un militant israélien parlent d’éliminer ensemble les systèmes d’oppression en partant de la base

Par Renad Uri et Omri Evron / +972 magazine

Palestiniens, Israéliens et militants juifs de la diaspora affrontent l’armée israélienne lors d’un raid sur le Sumud Freedom Camp, à Sarura, en Cisjordanie, le 25 mai 2017. (Ahmad al-Bazz / Activestills.org)

Alors que la dépossession de la Palestine entre dans sa huitième décennie et l’occupation du peuple palestinien par Israël dans sa sixième, il est temps de changer définitivement les termes de la conversation.

De nombreux camps de vacances et ligues de jeunes encouragent un dialogue de coexistence entre Israël et la Palestine. Ce modèle est également privilégié par la diplomatie américaine concernant le conflit post-Oslo. L’hypothèse selon laquelle la coexistence peut résoudre des problèmes profondément enracinés est cependant trompeuse. Cela crée une fausse image d’égalité entre les Palestiniens et les Israéliens et minimise le déséquilibre systémique de pouvoir entre un État occupant et un peuple occupé.

Sachant cela, il est important de définir une approche alternative qui permette véritablement aux Palestiniens et aux Israéliens de s’unir en rejettant l’impérialisme et la discrimination sous toutes ses formes dans l’intérêt des deux peuples. Nous pensons que notre histoire, celle d’une profonde solidarité entre un Israélien et une Palestinienne qui rejettent également l’État militaire et la ségrégation ethnique d’Israël, peut servir d’exemple pour une nouvelle approche, celle de la co-résistance.

Omri: J’ai été élevé dans une famille juive progressiste à Jaffa. J’ai eu le privilège de grandir dans un quartier partagé par des musulmans, des chrétiens et des juifs, ce qui est malheureusement une expérience rare. Malgré la prétention d’Israël à être un pays multiculturel, la ségrégation ethnique domine notre société.

Adolescent pendant la deuxième Intifada, je suis devenu politiquement actif en réaction à l’apathie que j’ai constatée chez mes propres camarades de classe, indifférents à la souffrance des Palestiniens opprimés chaque jour par les forces de “défense” israéliennes, mais aussi aux nombreux Israéliens poussés dans la pauvreté par les politiques néolibérales. Je savais que je devais prendre position contre un système qui traitait les Palestiniens, ainsi que de nombreux juifs privés de leurs droits, avec une telle dureté.

En 2005, j’étais l’un des organisateurs d’une lettre signée par 250 lycéens déclarant notre refus de servir dans l’armée israélienne. Bien qu’emprisonné pour cette décision, j’ai continué à me battre pour la paix et la justice dans ma communauté et mon pays.

Je ne pouvais cependant pas faire cela tout seul : le fait d’être aux côtés de Palestiniens qui luttaient pour la libération m’a donné le courage de prendre la parole. Ce sont les personnes qui ont le plus influencé mon activisme, ma vision du monde et mon identité. J’ai trouvé une cause commune avec des amis arabes dans la Ligue de la jeunesse communiste d’Israël, luttant ensemble pour démanteler les systèmes dont je commençais à réaliser qu’ils ne les opprimaient eux seulement, mais aussi moi-même et ma communauté. La première fois que je me suis senti fier d’être juif israélien, c’est lorsque j’ai marché aux côtés de Palestiniens qui protestaient contre le mur d’apartheid dans le village de Bil’in en Cisjordanie.

Des femmes palestiniennes franchissent le poste de contrôle de Qalandiya dans le quartier A-Ram de Jérusalem le premier vendredi du ramadan. Les autorités israéliennes ont limité le passage des femmes, des enfants et des hommes de plus de 40 ans. (Oren Ziv / Activestills.org)

Renad: Je suis une Américaine d’origine palestinienne, née et élevée à Ramallah. Ayant grandi en Cisjordanie, j’étais confiné à 251 milles carrés parsemés de points de contrôle militaires et d’un mur imposant truffé de tireurs d’élite. Essayer de grandir, physiquement et mentalement, tout en étant prise au piège dans une prison à ciel ouvert était épuisant. En tant que Palestiniens, nous sommes quotidiennement soumis à la violence militaire et institutionnelle, mais fréquenter une école internationale me donnait des privilèges uniques.

Après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, j’ai finalement réussi à franchir les barrières de ségrégation et d’occupation israéliennes pour aller à l’université aux États-Unis. Là-bas, voyageant d’un État à l’autre avec aisance, j’ai commencé à comprendre pleinement ce que signifiait être opprimé et marginalisé par un pays qui pratique la suprématie juive blanche. Il m’a fallu quitter ma maison, ma famille et mes amis pour enfin comprendre à quel point nous, les Palestiniens, en sommes venus à considérer l’occupation comme si elle faisait partie de la vie normale.

Alors qu’en Palestine, mon activisme était strictement limité à la participation à des manifestations, le fait de m’engager dans le plaidoyer pour la Palestine aux États-Unis m’a permis de découvrir le rôle que je voulais jouer pour résister à l’occupation israélienne. Au fil du temps, j’ai commencé à en apprendre davantage sur la solidarité et les actions collectives susceptibles de contribuer à la libération de mon peuple. J’ai appris cela aux côtés de militants solides en quête de justice pour toutes les communautés marginalisées.

J’ai rencontré pour la première fois Omri lors d’une semaine de sensibilisation sur la Palestine à Washington, DC. Après des années d’interaction avec des Israéliens en tant que soldats et occupants qui nous contrôlaient, les traiter comme des ennemis est devenu très ordinaire. C’est le premier Israélien que j’ai rencontré qui avait rejeté le service militaire,  obligatoire pour les Juifs et les Druzes en Israël. J’ai soudain découvert que de l’autre côté du mur d’apartheid de 25 pieds qui sépare nos communautés, qui ne vivent qu’à 90 kilomètres de distance, quelqu’un envisageait tout comme moi de démanteler les systèmes de violence israéliens et de dépendance à l’impérialisme occidental.

Travailler aux côtés d’Israéliens pro-palestiniens comme Omri et de Juifs américains m’a permis de découvrir une forme de solidarité que je ne connaissais pas. J’ai maintenant d’innombrables relations, amis et liens avec des Juifs américains, qui rejettent les actions d’Israël et voient des alliés naturels chez les Palestiniens comme moi.

Pendant des décennies, nous, les Palestiniens, avons été invités à la table pour des séances de photos et des dîners – jamais pour un accord sur la récupération de terres, la dignité ou l’autodétermination. Le «processus de paix» soutenu par les États-Unis et qui se poursuit depuis Oslo n’a fait qu’empirer les choses pour les Palestiniens, en particulier les réfugiés palestiniens. Maintes et maintes fois, de l’argent est injecté dans les poches de nos «sauveurs» sans que rien ne prouve que leur travail améliore la vie des Palestiniens.

C’est la raison pour laquelle le «statu quo» n’est plus à l’ordre du jour : le nettoyage de la conscience israélienne ne devrait plus faire partie de l’ordre du jour. Pour lutter contre toutes les formes de racisme dans nos communautés, nous devons viser un changement systématique, pas seulement le dialogue. La co-résistance exige un engagement à mettre fin à l’occupation, la réalisation du droit de retour, ainsi que le plaidoyer constant pour l’égalité des droits pour tous. Cela permet un dialogue constructif consacré à la libération collective. Nous ne perdons pas notre temps dans un dialogue émotionnel qui vide la paix de sa définition. Au lieu de cela, nous nous concentrons sur l’élimination des systèmes d’oppression par le bas, principalement l’occupation des Palestiniens par Israël et l’État d’apartheid en quoi il s’est transformé.

Des militants du Jewish Voice for Peace de Boston protestent contre la société de transport Veolia qui exploite des lignes de bus desservant les colonies de peuplement situées en Cisjordanie. 14 novembre 2012. (Tess Scheflan / Activestills.org)

Omri: Contrairement à de nombreux projets bien intentionnés qui promeuvent la coexistence entre Israéliens et Palestiniens, le type de co-résistance pour lequel Renad et moi-même plaidons repose sur une lutte commune contre des institutions et des systèmes de pouvoir basés sur la violence. Il se distingue également de la politique philanthropique des Juifs progressistes qui aiment exprimer une solidarité unilatérale avec les Palestiniens, qui reproduit involontairement le trope qui dépeint les gens comme des sauveurs blancs ou des victimes noires / brunes.

La co-résistance nous oblige tous les deux à reconnaître que notre libération individuelle est indissociable de celle des autres. Alors que les Palestiniens supportent de manière écrasante le poids de la règle oppressive actuellement en place, tout le monde est blessé. Étant l’un des plus gros dépensiers militaires par habitant dans le monde, Israël se trouve dans un état de guerre et de peur constant, avant même de prendre en compte les 38 milliards de dollars que les États-Unis dépensent pour l’armée israélienne par l’intermédiaire de sociétés privées d’armement. Dans le même temps, plus d’un tiers des enfants israéliens et 70% des enfants palestiniens vivent sous le seuil de pauvreté.

La co-résistance reconnaît que même en tant que citoyen de l’État occupant, mon meilleur espoir de transformer mon pays en un endroit vraiment meilleur pour moi-même et mon peuple est de se battre aux côtés des Palestiniens résistant à l’oppression de mon État. Cette stratégie me permet de démontrer au public israélien que nos véritables ennemis ne sont pas les Palestiniens, mais le gouvernement israélien et la classe dirigeante aisée qui perpétuent un système de division et d’oppression. En tant qu’Israélien, être solidaire de la lutte palestinienne pour la justice et l’égalité des droits est le moyen le plus efficace de parvenir à la paix et à une société égalitaire, démocratique et juste pour tous les habitants de ce pays.

Nous, Renad et Omri, rejetons l’idée selon laquelle l’autodétermination du peuple juif se fasse aux dépens des Palestiniens, une idée récemment défendue par la loi sur l’État-nation juif. Le respect des droits des Palestiniens ne doit pas être perçu comme une menace pour les Israéliens, mais comme une condition nécessaire à un avenir meilleur pour nos deux peuples. C’est donc un objectif pour lequel nous devons nous battre ensemble. Nous devons nous organiser sur un pied d’égalité, aux côtés des autres peuples du Moyen-Orient.

Renad Uri est récemment diplômée de l’Université George Washington. Elle est spécialisée dans la politique du Moyen-Orient, en particulier en ce qui concerne la Palestine et l’aide fournie à Israël par les USA. En 2016, Renad est devenue membre actif de Students for Justice in Palestine et du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions aux États-Unis.

Omri Evron est un militant israélien pour la paix et la justice sociale né en 1987 à Jaffa. En 2006, il a été interné dans une prison militaire israélienne en tant qu’objecteur de conscience protestant contre l’occupation du peuple palestinien. Omri est un membre actif du Parti communiste d’Israël et du Front démocratique pour la paix et l’égalité («Aljabha / Hadash»). Il prépare actuellement son doctorat au département Politique et gouvernance de l’Université Ben Gurion.