Des colons israéliens agressent un agriculteur palestinien près de Naplouse

NABLUS (Ma’an) – Des colons israéliens ont attaqué un fermier palestinien lundi alors qu’il récoltait des olives, dans le village de Deir al-Hatab, à l’est du district de Naplus occupé au nord de la Cisjordanie et occupé par ses habitants.

Abed al-Karim Hussein, chef du conseil du village de Deir al-Hatab, a déclaré à Ma’an qu’un groupe de colons israéliens de la colonie israélienne illégale d’Elon Moreh avait agressé un agriculteur palestinien en le frappant à plusieurs reprises.

Le fermier a été identifié comme étant Amjad Khaled Odeh, 45 ans, habitant du village de Deir al-Hatab.
Hussein a confirmé que Odeh avait été agressé alors qu’il récoltait des olives sur son territoire, adjacent à la colonie Elon Moreh, à l’est du village.
Odeh a eu diverses ecchymoses sur tout le corps.
Le groupe israélien de défense des droits de l’homme B’Tselem a déclaré que “la violence et le vandalisme des colons sont pleinement soutenus par les autorités israéliennes. Des soldats participent parfois à l’assaut; d’autres fois, ils restent les bras croisés. La police ne fait aucun effort substantiel pour ouvrir une enquête. les incidents, ni ne prend des mesures pour les prévenir ou les arrêter en temps réel “.
En violation du droit international, entre 500 000 et 600 000 Israéliens vivent dans des colonies de peuplement exclusivement juives à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie. Des annonces récentes d’expansion de la colonisation ont provoqué la condamnation de la communauté internationale.

7 blessés et 4 détenus, dont des Israéliens, à Khan al-Ahmar

JERUSALEM (Ma’an) – Sept Palestiniens ont été blessés et quatre personnes ont été arrêtés, dont deux Israéliens et un activiste international, après que les forces israéliennes eurent pris d’assaut le village de Khan al-Ahmar, à l’est de Jérusalem, lundi.

Les forces israéliennes escortant des bulldozers ont pris d’assaut Khan al-Ahmar afin de raser et de niveler le terrain, en prévision de la démolition du village et du déplacement de ses habitants.
Des dizaines de Palestiniens et d’activistes internationaux ont tenté d’empêcher les bulldozers de les empêcher de rejoindre le village. Cependant, ils ont trouvé un autre chemin à travers une colonie israélienne illégale située à proximité.
Les habitants de Khan al-Ahmar et les manifestants ont affronté des bulldozers israéliens, ce qui a provoqué de violents affrontements entre les manifestants et les forces israéliennes.
Selon le ministère palestinien de la Santé, sept Palestiniens ont été blessés et ont eu des membres cassés et des contusions, après que les forces israéliennes les aient attaqués dans le village.
Des sources locales ont confirmé que les forces israéliennes avaient arrêté au total quatre manifestants, dont Riad Salahat, directeur adjoint du département des relations publiques, deux Israéliens, identifiés comme Kobi et Jonathan, et un activiste néerlandais, Robin.
Des Palestiniens et des militants internationaux assurent une veille quotidienne à Khan al-Ahmar pour empêcher les forces israéliennes de démolir le village.
En septembre, la Haute Cour israélienne a rejeté un appel contre la démolition du village et a ordonné son évacuation et sa démolition. L’organisation de défense des droits de l’homme B’Tselem a déclaré dans un communiqué que “cette décision montre à nouveau que les personnes sous occupation ne peuvent pas demander justice devant les tribunaux de l’occupant. Si la démolition de la communauté de Khan al-Ahmar se poursuit, la Cour suprême  et ses juges partageront la responsabilité de ce crime de guerre. “ Khan al-Ahmar est menacé de démolition par les forces israéliennes depuis juillet; la démolition laisserait plus de 35 familles palestiniennes déplacées, dans le cadre d’un plan israélien visant à élargir la colonie israélienne illégale voisine de Kfar Adummim.
Les vidéos ci-dessous montrent des manifestants bloquant les bulldozers de la route menant au village:
https://www.youtube.com/watch?v=1UweFqZv2vA&feature=youtu.be
https://www.youtube.com/watch?v=jQsROdahAv8

Les forces israéliennes tuent sept Palestiniens lors d'une manifestation à Gaza

VILLE DE GAZA (Ma’an) – Sept Palestiniens ont été tués et au moins 252  autres ont été blessés alors qu’Israël intensifiait la répression des manifestations hebdomadaires aux frontières orientales de la bande de Gaza assiégée.

Le ministère palestinien de la Santé à Gaza a confirmé que sept Palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes, dont quatre à l’est d’Al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza.

Le ministère a ajouté que 252 blessés ont été acheminés dans les hôpitaux pour y être soignés, dont 154 blessés par balles réelles. Cinquante enfants palestiniens figuraient parmi les blessés, ainsi que 10 femmes et un journaliste.

Le ministère a déclaré que les forces israéliennes ont pris pour cible un centre médical dans l’est d’Al-Bureij, blessant deux ambulanciers paramédicaux.

Le ministère a identifié les six Palestiniens tués à al-Breij: Ahmad Ibrahim Zaki al-Tawil, 27 ans, Ahmad Ahmad Abdullah Abu Naim, 17 ans, du camp de réfugiés d’Al-Nuseirat, Muhammad Abed al-Hafith Youssef Ismail, 29 ans, du camp de réfugiés d’al-Breij, Afifi Mahmoud Atta Afifi, 18 ans, de la ville de Gaza, Abdullah Barham Suleiman Al-Dughmeh, 25 ans, d’Abasan al-Jadida et Tamer Iyad Mahmoud Abu Armaneh, 22 ans, de Rafah.

Plus tard, ce même vendredi, le ministère a déclaré que Muhammad Issam Muhammad Abbas, 21 ans, du quartier de Sheikh Radwan à Gaza, avait succombé à une blessure à la tête, subie lors des manifestations.

Des témoins ont déclaré à un journaliste de Ma’an que les forces israéliennes avaient ouvert un feu nourri sur les manifestants le long des frontières orientales de la bande de Gaza.

La foule palestinienne s’était rendue aux frontières orientales de la bande de Gaza pour prendre part au 29e vendredi de “La Grande Marche du Retour” , lancé sous le slogan “Intifada de Jérusalem”.

Article publié le 12/10/2018 par Maan News Agency

Des colons israéliens déracinent des dizaines d'oliviers dans le village de Bruqin

SALFIT (Ma’an) – Des colons israéliens ont arraché des dizaines d’oliviers mercredi à l’ouest du village palestinien de Bruqin dans le district de Salfit, au nord de la Cisjordanie occupée.

Jamal Othman Salameh, le propriétaire des oliviers déracinés, a raconté à Ma’an que des colons israéliens de la colonie illégale israélienne de Bruchin avaient déraciné et abattu une quarantaine d’oliviers.


Salameh a déclaré que les oliviers déracinés avaient entre deux et vingt ans.

“J’ai exploité cette terre, qui mesure 2,5 dunams (200 m²), et planté 200 oliviers en 1987, cependant, l’occupation israélienne aspire à les annexer à nos frais, dans le cadre de son plan d’expansion de la colonie de Bruchin.”

Il a ajouté que pour chasser les agriculteurs et les résidents palestiniens des terres en question, les colons israéliens ont multiplié les actes de vandalisme et de violence contre ces terres et les oliveraies. Il a ajouté qu’en 2016, les colons israéliens avaient incendié 200 oliviers, dont seulement un certain nombre ont heureusement été détruits : les arbres ont survécu à l’incident.

Salameh a ajouté que la même année, des colons israéliens de la colonie de Bruchin avaient également déraciné 60 oliviers.

Malgré le vandalisme des colons israéliens, Salameh investit dans l’achat de plus d’oliviers, au prix de 50 shekels (14 dollars) par arbre.

En violation du droit international, entre 500 000 et 600 000 Israéliens vivent dans des colonies exclusivement juives à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie.

Le gouvernement palestinien n’a aucune juridiction sur les Israéliens en Cisjordanie et les actes commis par les colons israéliens se produisent souvent en présence des forces militaires israéliennes qui agissent rarement pour protéger les résidents palestiniens.

La majorité des vols perpétrés par les colons à l’encontre des Palestiniens se heurtent à l’impunité, les Israéliens étant rarement confrontés aux conséquences de tels vols.

Seulement 1.9% des plaintes déposées par des Palestiniens contre des attaques ou des vols de colons israéliens débouchent sur des poursuites et 95,6% des enquêtes sur les dommages causés à des oliviers sont classées sans suite en raison des défaillances de la police israélienne, selon l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme Yesh Din.

Selon les Palestiniens et les groupes de défense des droits, l’objectif principal d’Israël, à la fois à travers sa politique dans la zone C, dans laquelle plus de 60% des terres palestiniennes sont sous contrôle total d’Israël, et dans l’entreprise de peuplement illégale d’Israël, est de dépeupler la terre de ses résidents palestiniens et de les remplacer par des communautés juives israéliennes, afin de manipuler la démographie de la population dans toute la Palestine historique.

Le mouvement de colons israéliens s’emparant de terres palestiniennes et déplaçant davantage la population palestinienne locale est une politique israélienne permanente depuis la prise de contrôle de la Cisjordanie et de Jérusalem en 1967, a déclaré B’Tselem, soulignant que tous les moyens législatifs, de planification, de financement et militaires “ont joué un rôle actif dans la dépossession des Palestiniens de leurs terres.

B’Tselem a également fait valoir que sous le prétexte d’une “occupation militaire temporaire”, Israël “utilisait la terre comme si elle lui appartenait : vol des terres, exploitation des ressources naturelles de la région à son avantage et établissement de colonies de peuplement permanentes”, estimant qu’Israël avait dépossédés au fil des ans les Palestiniens de quelque 200 000 hectares de terres dans les territoires occupés.

 

Article publié le 10/10/2018 par Ma’an News Agency