SOS Palestine – Coronavirus : Appel à dons

Les personnes les plus vulnérables prennent toujours de plein fouet les crises sanitaires.

Non seulement les Palestiniens font partie des plus vulnérables mais ils vivent sous occupations militaires.

>> Lire le communiqué de l’AFPS “Coronavirus : la Palestine, confinée, subit de plein fouet les exactions de l’occupation israélienne”

>> Voir le fil d’actualité “En direct de Palestine”

Au 26 mars, 84 cas avaient été détectés en Cisjordanie et au moins 9 cas à Gaza et 1 mort dans le village de Bidou. L’entassement de la population, la précarité des logements, la saturation du secteur de santé nous font craindre une catastrophe majeure. Le risque est qualifié de très élevé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Au-delà de notre action politique, nous pouvons apporter un soutien financier à nos partenaires, les ONG palestiniennes qui aident les populations sur place, à Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem Est et dans les camps du Liban.

En donnant à SOS Palestine, vous nous permettez d’envoyer des fonds dont l’utilisation est certifiée par des partenaires fiables. Parmi nos partenaires, le PMRS (Secours médical palestinien) présent en Cisjordanie et à Gaza, a besoin de 200.000 euros et la branche de Gaza de l’UHWC (Union des comités des travailleurs de la santé) a besoin de 300.000 euros. Nous sommes en contact avec nos partenaires Najdeh et Beit Atfal Assumoud pour le soutien aux camps du Liban où les Palestiniens prennent de plein fouet la crise économique et le coronavirus.

Mode d’emploi :
- Vous pouvez faire un don sur notre site (paiement par Carte bancaire)
- Vous pouvez bien évidemment toujours adresser vos dons par chèque à l’ordre de l’AFPS à : AFPS 21 ter Rue Voltaire 75011 Paris. Merci alors de mentionner au dos du chèque la destination de votre don (SOS Palestine). Notez que les chèques ne pourront être débités qu’après la fin du confinement.

En donnant à SOS Palestine, si vous payez des impôts, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt de 66% des sommes versées.

D’ores et déjà, pour répondre à l’appel de nos partenaires, nous envoyons 30.000 euros la PMRS (Cisjordanie et Gaza) et 30.000 euros à l’UHWC (Gaza) dans le cadre de leur programme d’action contre le coronavirus.

Mais nous voulons aller plus loin car les besoins sont immenses. Aidez-nous à mobiliser 100.000 euros.

Pétition : Nous ne laisserons pas la Palestine disparaître de la carte !

Trump vient de rendre public son “plan” qui soutient l’annexion par Israël de Jérusalem-Est, du Golan, de la vallée du Jourdain et de toutes les colonies israéliennes en Palestine occupée. Tout ceci est absolument contraire aux résolutions de l’ONU !

En saluant cette initiative, le gouvernement français se déshonore.

La France doit se rappeler qu’elle est la patrie des droits de l’Homme et cesser immédiatement de se rendre complice des violations du droit par Trump et Netanyahou.

La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, doit prendre des initiatives pour la mise en œuvre des droits du peuple palestinien et non être complice du plan qui entend les enterrer.

Signer la pétition :https://www.change.org/p/emmanuel-macron-nous-ne-laisserons-pas-la-palestine-disparaitre-de-la-carte?recruiter=1039377213&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

ACTION URGENTE - Interpellez vos député·e·s pour protéger votre liberté d’expression

ACTION URGENTE
Interpellons nos député·e·s avant le 5 novembre pour protéger notre liberté d’expression


Dans le monde entier les organisations de défense des droits des Palestiniens sont de plus en plus ciblées par des attaques et des tentatives d’assimiler leurs actions à de l’antisémitisme. Aujourd’hui, tout individu critique des politiques israéliennes risque cet amalgame, par une campagne de délégitimation et diffamation menée par le gouvernement israélien et les lobbies le soutenant, notamment ceux qui gravitent autour du ministère des Affaires stratégiques israélien. L’un des outils de cette campagne qui est en vogue actuellement en Europe, c’est ladite « définition de travail de l’antisémitisme de l’IHRA » (ou « définition IHRA »), adoptée par un nombre croissant d’institutions sous la pression de l’Etat d’Israël.

Aujourd’hui, c’est un groupe de députés français menés par le député Sylvain Maillard qui cherche à la faire approuver par une résolution à l’Assemblée nationale qui pourrait être soumise au vote dès début novembre.

Pourquoi cette proposition de résolution menace notre liberté d’expression ?
Cette proposition de résolution veut faire adopter une définition produite par des groupes de pression pro-israéliens qui comprend la critique de l’Etat d’Israël comme une forme d’antisémitisme.
Que demander à nos député·e·s ?

  1. A celles/ceux qui ont signé la proposition de résolution n°1952 dans sa version initiale présentée le 20 mai 2019 : s’en désolidariser.
  2. De ne pas voter en faveur d’une proposition de résolution :
    – qui mentionnerait l’antisionisme comme une forme d’antisémitisme ;
    – qui n’excluraient pas explicitement les exemples associés à la « définition IHRA ».

Comment procéder ?

  • Envoyer un courrier à votre député·e (modèle ci-dessous) et/ou prenez rendez-vous avec lui/elle..

>> Lire la brochure « Les dangers de la résolution Maillard » et sa synthèse

>> Lire la fiche « La définition de l’antisémitisme de l’IHRA : nos libertés menacées »

Monsieur le Député / Madame la Députée,
En tant que citoyen·ne soucieuse du respect des droits de l’Homme et en particulier de la liberté d’expression et de la lutte contre le racisme y compris l’antisémitisme, je souhaite vous alerter sur la proposition de résolution n°1952 visant à lutter contre l’antisémitisme.
En premier lieu, l’exposé des motifs présente l’antisionisme comme une forme d’antisémitisme. Cela relève d’un amalgame dangereux pour la liberté d’expression.
Il vise à faire taire les voix critiques des politiques de l’Etat d’Israël en instrumentalisant l’antisémitisme.
En outre, la proposition de résolution “approuve sans réserve la définition opérationnelle de l’antisémitisme utilisée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste” (IHRA) et “invite le Gouvernement, dans un travail de pédagogie, à la diffuser auprès des services éducatifs, répressifs et judiciaires.” Comme de nombreuses associations et personnalités l’ont démontré, la définition et ses exemples associés constituent une atteinte à la liberté de critiquer les politiques israéliennes et sont issues de lobbies pro-israéliens qui cherchent à discréditer les défenseurs des droits des Palestiniens, En France, le lobby ELNET, proche d’organisations de colons israéliens, a travaillé à promouvoir l’adoption de la définition.
En 2005 déjà, alors que la définition n’était pas encore adoptée par l’IHRA, le professeur de droit international François Dubuisson analysait les exemples associés à la définition et leurs nombreux aspects problématiques pour la liberté d’expression dans son étude « La définition de l’antisémitisme par l’European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia (EUMC) : vers une criminalisation de la critique de la politique d’Israël ? ».
Au nom du principe fondamental de liberté d’expression, je vous demande, Monsieur le Député / Madame la Députée, de ne pas voter en faveur d’une proposition de résolution :
qui ferait l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme
qui n’écarterait pas explicitement les exemples associés à la définition IHRA
[Si vous souhaitez prendre rendez-vous avec lui/elle] Je souhaiterais m’entretenir au plus vite de ce sujet avec vous à une date qui vous conviendra le mieux.
Je vous remercie de l’attention que vous aurez portée à ma demande. Veuillez agréer, Madame/Monsieur, mes sincères salutations.
[Votre signature]
Vous pouvez envoyer ce message à votre député·e :

ou retrouvez le nom et les coordonnées de votre député·e ici (liste par département).

  • par courrier postal en l’envoyant à cette adresse :
    NOM prénom
    Assemblée nationale
    126 Rue de l’Université
    75355 Paris 07 SP

Avec les annexes téléchargeables ici, au choix :

 

N’hésitez pas à le/la relancer par téléphone.

#ReclaimYourSpace en luttant contre la haine et en soutenant la liberté des Palestiniens

Comme Renad et Talia, jeunes palestinien et juive, nous aspirons à un monde libre de toute haine, fondé sur des valeurs de liberté, de justice et d’égalité de droits pour toutes et tous. Ensemble, nous revendiquons notre espace démocratique contre celles et ceux qui tentent de nous réduire au silence, pour défendre la justice et la redevabilité des gouvernants.

>> Signer la pétition

Je m’appelle Renad et je suis Palestinien de cette génération qu’on appelle « génération Y ». Je souhaite être libre et jouir de mes droits fondamentaux.

Pourtant, quand je défends ces simples valeurs fondamentales, on m’accuse d’antisémitisme.

Aucune tolérance ne doit être accordée aux discours haineux ou aux fanatismes, qu’ils soient adressés contre les juifs, les musulmans, les femmes ou qui que ce soit. Nous devons nous opposer à toute forme de propos haineux et à celles et ceux qui les utilisent pour susciter la peur, le racisme, la violence ou la suprématie.

Nous devons également nous élever contre celles et ceux qui instrumentalisent la lutte contre la haine pour nier la réalité de ma vie sous occupation israélienne, dans un système de contrôle et d’oppression.

Cette réalité n’est pas abstraite mais bien omniprésente dans mon quotidien : de l’expropriation des terres de ma famille, au rationnement de l’eau, au franchissement quotidien de barrages militaires, à l’impossibilité de quitter la Palestine sans permis des autorités israéliennes, et l’insécurité quotidienne de ne pas savoir si l’on va pouvoir rentrer chez soi.

Je suis diffamé et réduit au silence simplement pour avoir dit au monde que je voulais être libre et vivre dans la dignité en pleine possession de mes droits. L’espace qui nous entoure se réduit chaque jour et nous étouffe.

Aujourd’hui, c’est non seulement notre espace physique mais aussi notre espace d’expression qui est sciemment bloqué, et cela dans le monde entier, pour nous empêcher de défendre notre liberté et nos droits : cela va des campagnes de diffamation qui alimentent la peur et la haine, aux initiatives politiques qui en toute légalité restreignent à la fois la liberté d’expression et le droit démocratique de demander des comptes aux auteurs d’injustices.

Les gouvernements du monde entier n’œuvrent pas suffisamment pour protéger cet espace et participent à la polarisation des discours.

Il est temps de recouvrer cet espace citoyen, de défendre nos valeurs et nos droits en partage, de défier celles et ceux qui propagent la haine et ceux qui manipulent les combats contre la haine.

Je m’appelle Talia et je suis Juive, de la génération « Y ». J’ai été traitée de traître et de juive qui a la haine de soi pour avoir voulu défendre les valeurs de liberté, d’égalité, de justice et des droits pour toutes et tous.

La liberté et les droits humains des Palestinien.ne.s sont importants pour moi parce que je tiens à la dignité humaine pour toutes et tous. Je me désole qu’au nom de la sécurité des Juifs, l’État d’Israël traite les Palestiniens comme un peuple de seconde zone, avec moins de droits et peu de liberté. Ma communauté et mes valeurs juives m’inspirent et me motivent pour me battre pour la véritable sécurité, celle qui passe par la solidarité.

J’en ai assez que mon identité et mon histoire soient utilisées contre l’humanité des Palestinien.ne.s.

Je ne me tairai pas et je continuerai de faire entendre ma voix pour défendre la justice, l’égalité et la dignité pour toutes et tous.

Comme Renad et Talia, nous vous demandons de signer cet engagement afin de montrer au monde que :

Nous ne serons pas réduits au silence. Nous allons défendre la liberté démocratique de nous exprimer et notre droit à demander des comptes aux auteurs d’injustices.

Rejoignez-nous pour construire un avenir fondé sur cette approche indivisible et universelle des droits et mettre ainsi fin à toute forme de haine et de discrimination.

En signant cette pétition, je m’engage à :

Défendre les valeurs de liberté, de justice et d’égalité, et les droits humains pour toutes et tous ;

Combattre l’antisémitisme, l’islamophobie et toutes les formes de haine, de discrimination et de racisme ;

Soutenir la liberté et les droits des Palestinien.ne.s et défier les systèmes qui les oppriment ;

Défendre le droit démocratique de critiquer librement celles et ceux qui commettent des injustices et de les tenir pour responsables, qui qu’ils ou elles soient.

C’est en donnant à nos voix une portée collective que nous serons entendus. C’est pourquoi chaque signature compte.

Ensemble, nous pouvons et nous devons récupérer et protéger notre espace démocratique. Tous nos gouvernements et nos représentants politiques doivent nous entendre. Ils sont responsables de la protection de cet espace et de la promotion de ces valeurs et de ces droits.

C’est pourquoi nous les appelons à soutenir cet engagement et à s’opposer à toute mesure juridique ou politique qui instrumentalise les discours de haine et porte atteinte à ces valeurs et à ces droits.

>> Signer la pétition

Le Comité rennais de l'AFPS vous invite à participer nombreux à l'Étonnant Voyage, de Rennes à St-Malo, du 1er au 8 juin !

Nous faisons partie des 54 associations, syndicats, organisations politiques signataires de l’appel à cette marche pour le respect des droits fondamentaux et pour la dignité. Pour une raison simple : pour nous le respect des droits ne se discute pas !

Les personnes exclues – reléguées, expulsées, bafouées, contraintes de vivre dans la pauvreté quand ce n’est pas la misère, contraintes à l’exil par des dictatures sanguinaires, des bandits industriels et financiers en culotte de soie, des criminels climatiques, des politiciens nationalistes, racistes et militaristes – imposent une solidarité de tous les instants ! Cette solidarité ne se divise pas selon l’origine, la couleur de peau, le genre, la religion, la culture, la langue, la nationalité, le bruit et l’odeur : elle est universelle. Il y va de notre humanité !

Quand on dénie à quiconque le respect de ses droits, c’est l’humanité entière qu’on condamne à la probabilité de l’oppression !

Militant pour le respect des droits d’un peuple écrasé depuis bientôt soixante et onze ans par le dernier état colonial pourtant instauré par l’ONU en 1948 au mépris de sa propre charte, nous savons à quel point ces dénis du droit sont lourds de conséquences pour la paix mondiale. Massacrés de Deir Yassine, de Safad, réfugiés de Jaffa, de Haïfa, des 57 villages détruits par l’armée sioniste avant 1948, dispersés, transférés, massacrés encore à Tell el Zaatar,  à Sabra et Chatila, déplacés, réfugiés à nouveau, otages à Yarmouk, Deraa ou Homs, réfugiés encore une fois au Liban, concentrés et bombardés dans de mortelles réserves  à Gaza, bantoustanisés de Cisjordanie… Pour eux, le droit à l’autodétermination, le droit au retour dans leurs foyers n’a jamais été respecté.

Ils ne renoncent pourtant pas à revendiquer l’application de ces droits, de tous ces droits. Parce que leur satisfaction garantira les droits de tous.

Ils marchent. Ils marchent comme chaque vendredi depuis le 30 mars 2018 vers les grilles, les barbelés et les snipers gardiens du “zoo”. 340 sont tombés. Plus de 8000 ont été blessés.

Ami, quand tu tombes

un ami sort de l’ombre à ta place

Là bas comme ici, nous avons le choix entre, d’un côté, les principes de liberté, d’égalité, de justice, de solidarité et de l’autre l’apartheid.

Nous choisissons l’humanité contre la haine et la barbarie.

Nous marcherons du 1er au 8 juin.

Avec nos camarades de l’UJFP nous rendrons hommage aux flottilles de la liberté pour Gaza et exigerons le droit au retour pour tous les réfugiés qui en font la demande. Nous dirons non à l’apartheid !

Nous exigerons pour tous ceux, d’où qu’ils viennent, qui réclament protection et asile un accueil digne et respectueux dans notre pays !

Pour participer avec nous à l’ensemble de la marche ou seulement à l’une de ses étapes écrivez nous !

Pour plus d’informations sur la marche :

https://www.etonnantvoyage.fr

https://www.facebook.com/EtonnantVoyage/