18ème campagne de cueillette des olives en Palestine occupée - Farkha, 20 Octobre

Première cueillette au pied des colonies à Deir Istyia. Nous sommes en zone C, c’est-à-dire sous contrôle israélien, les palestiniens n’y étant pas libres de leur mouvement.

La colonie de Yaqir, vue satellite… On perçoit très bien la logique de l’expansion coloniale israélienne :sous la colonie proprement dite, le camp militaire dont la vocation est d’assurer la sécurité des colons. Plus loin, sur la gauche, un “avant-poste”, une extension de la colonie. Cet avant-poste, ainsi que le chemin qui le relie à la colonie-mère ont automatiquement généré une zone d’exclusion des Palestiniens, pour des raisons de sécurité. Les terres, qui appartiennent à des propriétaires palestiniens, leur sont donc interdites d’accès et seront a temre illégalement annexées à la colonie… qui pourra s’y étendre !

Notre groupe de volontaires est séparé en deux, l’un va cueillir à moins d’un kilomètre, au pied de la colonie de Yakir et d’un camp militaire ; l’autre, de l’autre côté de la route par rapport à la colonie.

Le camp militaire
La colonie de Yaqir

Les fermiers nous accueillent avec beaucoup de chaleur et sont vraiment heureux de partager leur quotidien avec nous. Ils nous parlent des agressions qu’ils ont pu subir dans leur champ par le passé, avec pudeur. Par exemple, l’année dernière, un colon est venu armé d’un pistolet pour intimer le paysan à quitter son champ.

Plus de 200 oliviers ont été coupés par les colons jusqu’à 2013.  Sur l’autre parcelle, plus proche du camp militaire, ce sont les tirs fréquents des entraînements de l’armée d’occupation israélienne qui intimident les paysans. D’ailleurs, à peine arrivés à Deir Istiya pour reprendre un taxi et rentrer à Farkha, nous avons entendu des tirs de l’armée dans la montagne alors que nous venions de laisser le vieux paysan tout seul…

Retour l’après-midi à Farkha où nous visitons la vieille ville et accueillons un nouveau volontaire qui vient de Suède..

À propos de Yaqir, un article particulièrement intéressant (mais en anglais), sur le site de l’ONG de défense des droits humains B’tselem :

Retroactive “laundering” of Itamar, Shvut Rachel, Sansana and Yaqir part of government policy to annex Palestinian land to State of Israel

21 octobre 2019
Publié par