18ème campagne de cueillette des olives en Palestine occupée - Mardi 8 octobre

Visite de Naplouse

Naplouse, capitale économique et culturelle de Palestine, s’étend entre deux montagnes, Eybel et Jerazim, sur environ 10 km. Autour de Naplouse se situent trois camps de réfugiés : Balata, Askar, Betulma. L’ensemble compte environ 300 000 habitants dont des groupes de samaritains, présents en terre sainte bien avant les sionistes. Ils subissent également l’occupation et luttent aux côtés des palestiniens.


Nous avons passé un agréable moment avec notre guide, Baker, qui nous a fait découvrir des lieux et des plats typiques (knafeh, pita, shawarma).

Anecdote : le souk d’une longueur de 2 km a empêché à plusieurs reprises l’accès à ce secteur aux soldats israéliens qui s’y perdaient.

Le matin, nous avons rendez-vous avec la section de Naplouse du Parti Populaire Palestinien (Parti Communiste).

Un professeur d’anglais est là pour assurer la traduction. Il est aussi membre du Jerusalem Legal Aid Center. Cette association a des antennes à Jérusalem, Ramallah, Naplouse et Salfeet, elle deux pôles d’activité : des campagnes de sensibilisation et un service d’aide juridique. Elle intervient dans les domaines suivants :

  • Obtenir des autorités israéliennes la restitution des corps des martyrs, certains sont gardés pendant des décennies et servent de moyens de pression lors de négociations. A ce jour, 150 corps ont été restitués, mais 200 à 300 sont encore retenus et les familles ne peuvent pas faire leur deuil.
  • La liberté de mouvement est très entravée par les autorités israéliennes, entre Jérusalem, Gaza et la Cisjordanie, et au sein de chacune de ces zones, séparant les familles. JLAC intervient aussi pour faciliter la sortie de Palestine vers la Jordanie : il y a trois frontières et les trois sont payantes.
  • La possibilité pour les prisonniers de recevoir des visites de leurs familles. Notre traducteur lui-même a fait quatre ans de prison et n’a pu avoir que deux visites.
  • Depuis 2016, JLAC intervient aussi pour les droits des personnes handicapées, notamment accessibilité des lieux publics et des institutions.
  • La torture au cours des interrogatoires en prison.

Les services sont gratuits, il y a actuellement 3000 cas en cours. JLAC emploie 32 personnes et reçoit le soutien de l’Agence Française pour le Développement et du Norway Refugee Concil, entre autres.

Le PPP est né il y a 100 ans, il est intégré à l’OLP (organisation de libération de la Palestine) seulement en 1986, la ligne politique étant alors similaire. Aujourd’hui, ils revendiquent l’application des résolutions de l’ONU, à savoir :
– le respect des frontières de 1967
– le droit au retour des réfugiés
– le versement de compensations financières aux palestiniens spoliés.
Le PPP travaille avec le gouvernement palestinien sur la lutte contre l’occupation mais reste critique sur certains de leurs choix.

Nous nous sommes ensuite rendus à Sebastia, 1 700 habitants. Situé à 15 kilomètres au Nord de Naplouse. Nous avons été accueillis par Ahmad Abu Yasser qui nous a fait visiter cette cité habitée depuis le néolithique, lieu de pèlerinage pour le tombeau de Jean Baptiste.


Le centre du village est en zone A mais la périphérie et le site archéologique sont en zone C. Ainsi le théâtre romain a été pillé par les Israéliens afin d’anéantir cet héritage ancien. Les fermiers rencontrent également des difficultés à travailler, en 2005, 4 000 oliviers ont été coupés.
Le drapeau palestinien flotte toujours au sommet du site archéologique grâce aux militantisme des habitants qui le repositionnent à chaque intervention de l’armée. Aujourd’hui, 20 d’entre-eux sont en prison.
La cité développe l’accueil des touristes par l’ouverture de lieux d’hébergements et l’organisation d’événements culturels, un festival aura lieu en mars 2020.

09 octobre 2019
Publié par