Enlèvements d'enfants par les forces israéliennes à Hébron, du 4 au 11 décembre 2018

15 décembre 2018 | Mouvement de solidarité internationale, équipe Al-Khalil | Hébron, Palestine occupée

En décembre, 7 enfants ont été enlevés trois jours différents dans les quartiers de Qeitun et Salaymeh à Al Khalil (Hébron). Les militants de l’ISM étaient présents à ces 3 occasions et ce rapport contient des séquences vidéo documentant ces 3 incidents.

Lieu: quartiers Qeitun / Salaymeh.

Le secteur où ces enlèvements ont eu lieu se trouve au centre d’Hébron, à une courte distance au sud de la mosquée Ibrahimi. Ici, les deux rues menant à la zone commerçante de Tareq Ibn Ziad sont bloquées par les points de contrôle Qeitun et Salaymeh. Le point de contrôle Qeitun est également connu sous le nom de point de contrôle Abu Rish. Salaymeh est aussi communément appelé Checkpoint 160. Pour compliquer les choses, il existe également d’autres noms. Les autorités palestiniennes et israéliennes appliquent des systèmes de numérotation différents. Par souci de simplicité, j’appelle les points de contrôle et les quartiers au sud d’eux la dénomination «Qeitun» et «Salamyeh».

Les routes de la ville allant des postes de contrôle vers le sud se trouvent dans une partie étroite de la vallée, séparées par un pâté de maisons (environ 200 m). Le secteur est donc très petit et présente des collines escarpées.

Enlèvements:

4 décembre 2018

Il y a eu deux incidents le 4 décembre, dans les rues parallèles partant des points de contrôle de Salaymeh (point de contrôle 160) et de Qeitun (Abou Rish).

Enlèvements par des soldats de l’occupation israélienne AU point de contrôle de Salaymeh:

  • Les soldats étaient entrés dans le quartier par le point de contrôle de Salaymeh. Un groupe est resté dans la rue et l’autre est entré dans des jardins situés derrière les maisons et ils se sont installés près de l’école.
  • Un petit groupe de garçons se sont rassemblés dans la rue après la fin de l’école.
  • Des militants internationaux étaient présents et observaient la situation à moins de 5 mètres.
  • Aucun des garçons n’a jeté des pierres.
  • Les soldats dans la rue ont maintenu l’attention des enfants tandis que l’autre groupe est entré dans un garage situé entre l’entrée de l’école et une maison voisine.
  • Les soldats sont sortis du garage où ils se cachaient et ont tendu une embuscade aux garçons qui se tenaient à environ 3 mètres.
  • Les activistes sont intervenus pour interroger les soldats sur leurs actions et demander ce que les garçons avaient fait. Un enfant a réussi à s’échapper, mais deux ont été enlevés et emmenés au poste de contrôle de Salayme.

Enlèvement par des soldats de l’occupation israélienne par le point de contrôle de Qeitun:

  • Parallèlement à l’enlèvement de Salaymeh, la police des frontières israéliennes est entrée dans le quartier de Qeitun.
  • Ils ont établi un «point de contrôle» à environ 200 mètres à l’extérieur de l’école de garçons «Alhajryt», vérifiant les pièces d’identité et fouillant au corps un Palestinien contre la barrière.
  • Ils sont ensuite retournés vers Salaymeh avant de s’engager dans la rue pour capturer quelqu’un. Le seul garçon dans les environs se trouvait devant l’école Alhajryt avec l’un de ses professeurs.
  • De nouveau, des activistes étaient à proximité lorsque l’embuscade s’est produite. L’enfant n’a rien fait pour justifier son enlèvement.
  • Le professeur du garçon a refusé de le quitter et ils ont été escortés ensemble au point de contrôle de Qeitun.
  • La vidéo suivante documente cet enlèvement:

5 décembre 2018

Trois enlèvements à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans la zone située à l’extérieur du point de contrôle de Quetun, libérant ainsi la circulation.
  • Deux d’entre eux se sont placés à l’intersection la plus proche du point de contrôle. Encore une fois, cela semblait attirer l’attention des enfants.
  • Un autre groupe de membres de la police des frontières ont tendu une embuscade à un groupe d’enfants, en coordination avec le premier groupe qui a couru dans la rue. Le deuxième groupe semble avoir tendu son embuscade en pénétrant par des bâtiments situés au-dessus de la rue.
  • Les garçons ont été emmenés au point de contrôle de Qeitun.
  • Les vidéos suivantes montrent les garçons enlevés:

11 décembre 2018

Enlèvement à Qeitun

  • La police des frontières est entrée dans le quartier de Qeitun par une porte située à côté de l’école al Faihaa et en face du «point de contrôle du bus» près de la mosquée Ibrahimi.
  • Ils ont traversé les oliviers pour se rendre dans une usine située au centre du pâté de maisons et s’y sont cachés plus de 30 minutes jusqu’à ce que les écoliers aient terminé leurs cours.
  • Après une tentative infructueuse de sortir dans la rue sans être repéré près du point de contrôle de Qeitun, ils ont débouché sur une rue transversale entre Salaymeh et Qeitun.
  • Ils ont essayé un sprint initial à l’intersection mais il n’y avait pas d’enfants là-bas.
  • Ils ont ensuite erré sans but, mais ont été incapables d’inciter quiconque à leur jeter des pierres.
  • Un homme a été arrêté au hasard, sorti de sa voiture, sa carte d’identité a été vérifiée et il a été fouillé au corps.
  • Ils sont ensuite revenus à l’intersection avec la route à partir du point de contrôle de Qeitun et ont réussi à provoquer quelques jets de petites pierres.
  • Le commandant a ensuite ordonné à deux des soldats de courir sur la route pour tenter de capturer quelqu’un.
  • Le seul garçon qu’ils ont pu trouver était un enfant de 10 ans se tenant devant un magasin tenant la main de son frère de 4 ans. Ils étaient entourés d’adultes.
  • Les activistes étaient dans la rue des deux côtés de la boutique et ont été témoins de l’absence de jets de pierres par cet enfant.
  • Les militants ont tenté d’intervenir et ont demandé à plusieurs reprises une raison pour l’enlèvement du garçon mais ont été ignorés, le garçon ayant été emmené de force.
  • On peut l’entendre appeler: «Akhi! Akhi! [Mon frère. Mon frère!] Comme il est emmené. Laissant son frère cadet seul, sans membre de la famille.
  • La police des frontières a escorté le garçon jusqu’au poste de police situé près de la mosquée Ibrahimi, en empruntant l’itinéraire qu’ils avaient emprunté pour pénétrer dans le quartier via les oliveraies et les jardins.
  • Voir la vidéo suivante:

Résumé:

Les quatre incidents de ces trois jours, les 4, 5 et 11 décembre 2018, ont plusieurs points communs:

  • La police des frontières israélienne et les soldats de l’occupation israélienne ont tous agi avec l’intention d’enlever des écoliers palestiniens.
  • Une fois qu’ils ont réussi, ils ont immédiatement quitté la zone en montrant que c’était leur objectif depuis le début.
  • La présence et le comportement des soldats et de la police des frontières étaient une provocation ayant pour but de chercher un prétexte pour un enlèvement.
  • Aucun des enfants enlevés ces jours-là ne lançait de pierres. Il n’y a pas eu non plus de troubles importants ni de jets de pierres au cours de ces 3 jours.
  • Des militants internationaux étaient à proximité à chaque fois que des enlèvements ont eu lieu.
  • Un garçon avait 14 ans mais les autres étaient plus jeunes.
  • Les enfants n’ont jamais été accompagnés par un parent d’un membre de la famille et aucune tentative n’a été faite pour en chercher un.

Conclusions:

  • L’enlèvement d’enfants innocents, en particulier dans ces circonstances, constitue une violation de la justice ordinaire, du droit humanitaire et du droit international.
  • Si l’objectif de ces enlèvements était la dissuasion, il ne peut être interprété que comme une forme de punition collective ou d’intimidation psychologique afin de maîtriser toute forme de résistance à l’occupation israélienne.
  • S’il s’agissait d’une affaire civile, les autorités palestiniennes travailleraient avec les enfants, comme dans tout autre pays.
  • La racine du problème est l’occupation elle-même. L’oppression systématique du peuple palestinien dont font partie les enfants est le problème à résoudre.
  • Les enlèvements constituent pourtant un autre aspect de cette oppression systématique qui se perpétue tant que l’occupation se poursuit.
  • Les injustices de ces enlèvements arbitraires ne font que renforcer la détermination des Palestiniens à résister à l’occupation et à alimenter les réactions de la jeunesse palestinienne qui endure de telles choses.
24 janvier 2019
Publié par
AFPS - Comité rennais
9-11 rue de Flandres
35000 - Rennes
02 23 30 26 93