Un objecteur de conscience israélien en prison pour la septième fois

Adam Rafaelov aura purgé une peine totale de 87 jours de prison pour avoir refusé de rejoindre l’armée israélienne en raison de son «régime continu, violent et oppressif en Cisjordanie et dans la bande de Gaza».

Adam Rafaelov, objecteur de conscience israélien, a été condamné vendredi dernier à une peine de dix jours d’emprisonnement dans une prison militaire pour avoir refusé d’être appelé en prison. Rafaelov, 18 ans, de Kiryat Motzkin, dans le nord d’Israël, a été envoyé en prison sept fois depuis le mois de juillet, date de sa première condamnation. Après avoir purgé sa peine actuelle, Rafaelov aura purgé 87 jours de prison.

La conscription militaire est obligatoire pour la plupart des Israéliens juifs.

Le régime a utilisé la violence pour mettre en œuvre ses intérêts économiques ou son idéologie nationaliste», a écrit Rafaelov dans sa déclaration de refus initiale. «Le régime israélien justifie sa violence envers les Palestiniens en affirmant qu’il défend la patrie juive. Mais il est impossible de justifier un régime continu, violent et oppressif en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Le public israélien a statué sur le sort des Palestiniens, qui ont été privés de leurs droits humains fondamentaux.

Israël se targue d’être« l’armée la plus morale du monde », mais l’occupation et l’oppression n’ont rien de moral. La réglementation militaire, les mauvaises conditions de vie, les démolitions de maisons, le siège – tout cela fait partie de la vie quotidienne des Palestiniens sous une occupation fasciste et discriminatoire. Je refuse de prendre part à un système qui va à l’encontre de ma vision du monde. Je refuse que ce système continue d’exister sans résistance.

Rafaelov est soutenu par Mesarvot – Refuser de servir l’occupation, un réseau rassemblant des personnes et des groupes qui refusent de s’enrôler dans les FDI pour protester contre l’occupation.

Rafaelov rejoint Hillel Garmi, 18 ans, qui a passé plus de 100 jours dans une prison militaire pour avoir refusé de rejoindre l’armée. Au cours des derniers mois, Garmi a échangé des lettres publiques avec Ahmed Abu Artema , l’un des organisateurs de la marche du grand retour à Gaza, dans lesquelles il appelait à une lutte commune pour parvenir à une solution «tirant sa légitimité de la légitimité universelle». selon les principes de justice. “

Texte publié par +972

12 décembre 2018
Publié par
AFPS - Comité rennais
9-11 rue de Flandres
35000 - Rennes
02 23 30 26 93