L'Europe utilisera-t-elle des drones israéliens contre des réfugiés?

Par Mark Akkerman

Israël a utilisé à plusieurs reprises des drones pour provoquer des destructions à grande échelle à Gaza. Basel Yazouri – Active Stills

Les gardes-côtes européens examinent l’éventuelle utilité de l’emploi des avions de guerre israéliens pour réprimer les réfugiés.

En septembre, l’agence de gestion des frontières de l’UE, Frontex, a annoncé le lancement de vols d’essai de drones en Italie, en Grèce et au Portugal. La déclaration de Frontex oubliait de préciser que le type de drones en question avait déjà été utilisé pour attaquer Gaza.

Certains détails concernant les entreprises impliquées dans ces essais ont été publiés plus tôt cette année. Un « avis d’attribution de marché » a révélé qu’Israel Aerospace Industries était l’un des deux soumissionnaires sélectionnés.

Israël Aerospace Industries reçoit 5,5 millions de dollars pour un maximum de 600 heures de vols d’essai.

Le drone proposé par Israel Aerospace Industries pour la surveillance maritime est appelé le Heron.

Selon le site Internet de la société, le Heron est «éprouvé au combat». C’est un code qui dit qu’il a été utilisé lors des trois attaques majeures perpétrées par Israël contre Gaza au cours de la dernière décennie.

À la suite de l’opération Plomb Durci, l’assaut d’Israël contre Gaza fin 2008 et début 2009, une enquête de Human Rights Watch a conclu que des dizaines de civils avaient été tués à l’aide de missiles lancés à l’aide de drones. Le Heron a été identifié comme l’un des principaux drones déployés dans cette offensive.

Frontex – qui expulse fréquemment des réfugiés d’Europe – évalue les drones depuis un certain temps. En 2012, Israel Aerospace Industries a présenté le héron lors d’un événement organisé par Frontex.

Grâce à ses essais en vol, Frontex permet à l’industrie de guerre israélienne d’adapter une technologie testée sur des Palestiniens à des fins de surveillance. Tandis que les représentants de l’UE professent régulièrement leur préoccupation pour les droits de l’homme, la participation des fabricants d’armes à la surveillance des frontières présente plus que des similitudes avec les politiques belliqueuses menées par l’administration de Donald Trump aux États-Unis.

Opportunités professionnelles

Les entreprises israéliennes ont tout à gagner avec les décisions prises des deux côtés de l’Atlantique.

L’année dernière, Elta – une filiale de Israel Aerospace Industries – a été embauchée pour concevoir un prototype du mur controversé proposé par Trump le long de la frontière américaine avec le Mexique. Elbit, un autre fabricant israélien de drones, a remporté un contrat en 2014 pour la construction de tours de surveillance entre l’Arizona et le Mexique.

Les mêmes entreprises ont recherché des opportunités d’affaires en Europe.

Elta a été en contact avec divers gouvernements au sujet de son système de «patrouille frontalière virtuelle», basé sur l’interception des communications par téléphone mobile et l’observation des internautes. Pour fournir un prétexte à une telle intrusion, la société joue la politique de la peur. Amnon Sofrin, un représentant d’Elta qui était auparavant une personnalité éminente de l’agence israélienne d’espionnage et d’assassinat Mossad, a plaidé pour que l’Europe donne la priorité à la «sécurité» avant les libertés civiles.

La société israélienne Magal Systems envisage de la même manière des contrats en Europe. Magal a installé ce qu’on appelle une clôture «intelligente» – dotée de capteurs et d’équipement de caméra avancé – le long de la frontière entre Israël et Gaza.

Saar Koush, qui était jusqu’à récemment le PDG de Magal, a fait valoir que le rôle de la société dans le siège imposé aux deux millions d’habitants de Gaza lui donnait un argument de vente unique – ou du moins rare. “Tout le monde peut vous donner un très bon Powerpoint, mais peu de gens peuvent vous montrer un projet aussi complexe que Gaza, qui est constamment testé au combat”, a déclaré Koush.

Apprendre d’Israël?

Frontex a été en liaison avec d’autres entreprises israéliennes.

En juin de cette année, l’UE a publié un avis indiquant que la société israélienne Windward s’était vu attribuer un contrat de près d’un million de dollars pour la réalisation d’un projet «d’analyse maritime» mené par Frontex. Gabi Ashkenazi, un ancien chef de l’armée israélienne, est un conseiller de Windward; David Petraeus, qui a commandé les troupes américaines occupant l’Irak et l’Afghanistan, est l’un de ses investisseurs.

Dans son [rapport annuel 2016] ( https://frontex.europa.eu/assets/Key_Documents/Annual_report/2016/Annual …..), Frontex a déclaré que les «premières étapes» avaient été franchies dans l’établissement de relations «stratégiques» avec Israël. Frontex a par la suite exprimé son intention de renforcer cette coopération d’ici à 2020.

L’un des objectifs est «l’apprentissage mutuel». Il est plus que probable qu’il s’agisse d’un euphémisme pour échanger des notes sur les tactiques à utiliser contre les personnes fuyant la pauvreté ou la persécution.

Israël a un bilan effroyable en matière de traitement des réfugiés. Les Africains vivant en Israël ont été victimes d’abus racistes de la part des plus hauts niveaux du gouvernement. Benjamin Netanyahu, le Premier ministre, les a qualifiés de “infiltrés”.

Un autre ministre a insisté sur le fait que les Africains ne pouvaient être considérés comme des êtres humains.

Selon l’agence de sondage Gallup, Israël est l’un des pays les moins accueillants au monde pour les réfugiés. Malgré sa proximité géographique avec la Syrie, Israël a refusé l’admission des victimes de la guerre en cours.

L’année dernière, Netanyahu a été entendu, disant aux dirigeants du groupe de pays connu sous le nom de Visegrad Four – la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie – qu’ils devraient fermer leurs frontières aux réfugiés. Il a également soutenu qu’Israël joue un rôle important dans la réduction de la migration en Europe et a laissé entendre qu’Israël devrait être récompensé pour l’avoir fait.

L’identification d’Israël comme partenaire de «coopération stratégique» par Frontex est en soi préoccupante. Les préparatifs pour utiliser les outils de répression d’Israël contre les réfugiés qui se dirigent vers l’Europe sont encore pires.

Article publié par Electronic Intifada

Mark Akkerman est chercheur auprès de Stop Wapenhandel (la campagne néerlandaise contre le commerce des armes) et du Transnational Institute. Il est l’auteur des rapports Border Wars et Expanding the Fortress .

03 novembre 2018
Publié par
AFPS - Comité rennais
9-11 rue de Flandres
35000 - Rennes
02 23 30 26 93